Dyson, le Steve Jobs de l'électroménager, recrute des ingénieurs

 |   |  393  mots
Dyson cherche de jeunes diplômés. Le fabricant d’électroménager connu pour son aspirateur sans sac espère recruter 300 personnes, dont 200 ingénieurs. Dirigé par son fondateur, James Dyson, son département Recherche & Développement emploie aujourd’hui plus de 1.000 ingénieurs et designers (sur un total de près de 4.000 salariés). Le Steve Jobs de l'électroménager entend ainsi poursuivre sa politique d’innovations depuis Malmesbury, près de Bristol. L'offensive tranche singulièrement avec la crise que traversent les grands groupes d'électroménager dont Whirlpool et Electrolux. « Nos équipes d'ingénieurs et de scientifiques ne cessent de s’étoffer, et nous établissons des partenariats avec les universités les plus prestigieuses pour développer conjointement des technologies de pointe durant les vingt-cinq prochaines années", fait valoir James Dyson.Plus de 75 millions d’euros investis en R&DChaque semaine de 2011, le groupe dit avoir injecté 1,3 million de livres en recherche et développement (soit, sur un an, près de 60 millions de livres, c'est-à-dire l’équivalent de 75,6 millions d’euros). « Cet investissement devrait augmenter de 20% chaque année, au cours de ces cinq prochaines années », assure Dyson. L’exercice 2011 lui accorde cette liberté : son bénéfice net a bondi de 30% l’an dernier, pour atteindre 306,3 millions de livres (986 millions d’euros) pour un chiffre d’affaires de 1,056 milliard de livres, en progression de près de 20%.La Chine, nouvelle filialeLa marque née du lancement d’un aspirateur sans sac en 1993 réussit à vendre ses ventilateurs, séchoirs Airblade, chauffage Dyson Hot et autres aspirateurs design partout dans le monde. L’export représente 85% de ses ventes. La marque veut rentrer encore dans tous les foyers. A l’instar du marché britannique : outre-Manche, un ménage sur trois possède un article Dyson (contre 1 sur 10 aux Etats-Unis). En 2011, le Japon est devenu son deuxième marché, derrière les Etats-Unis et devant le Royaume-Uni. En France, la marque haut de gamme revendique la place de numéro un des fabricants d’aspirateurs en valeur, avec 21,5% des ventes. Elle dit rencontrer aussi un franc succès avec son DC35, aspirateur-balai sans fil, qui se vend près de 200 euros. Mais, c’est surtout en Chine que Dyson veut maintenant pousser ses pions. Sa filiale Dyson China sera lancée ce 1er novembre. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :