La France manquera ses objectifs de déficit selon le FMI

 |   |  418  mots
C\'est un coup dur qui attend le gouvernement en ce mardi matin. Le Fonds Monétaire International (FMI) vient de publier des prévisions de croissance pour la France infèrieure à celles que visait les dirigeants politiques. La conséquence directe de ces mauvaises prévisions est la remise en cause des objectifs de réduction des déficits publics du pays.Seulement 0,1% de croissance en 2012Selon le FMI, le produit intérieur brut (PIB) de la France devrait progresser cette année de 0,1%, contre 0,3% escompté en juillet, et de 0,4% l\'année prochaine, deux fois moins que prévu cet été. Le gouvernement Ayrault tablait en effet sur une croissance de 0,3% en 2012 et 0,8% l\'an prochain. Il a fondé sur ces hypothèses de croissance un collectif budgétaire pour 2012 voté cet été ainsi que son projet de budget 2013 présenté fin septembre, visant à réduire le déficit public à 4,5% du PIB à la fin de cette année puis à 3%, le plafond autorisé par les traités européens, un an plus tard.Dans le détail, le déficit de l\'Etat, des collectivités locales et de la Sécurité sociale devrait être de 4,7% du Produit Intèrieur Brut fin 2012 et de 3,5% fin 2013. Les pays disposant d\'une \"marge de manoeuvre devraient assouplir leurs ajustements sur 2013 et au-delà\", a commenté le FMI.La prévisions du montant de la dette confirméQuant à la dette publique, elle devrait atteindre à la fin de cette année 90% du PIB, selon le FMI, un chiffre proche de la prévision de l\'exécutif français (89,9%) et 92,1% fin 2013, contre 91,3% prévus par le gouvernement. \"Les projets de consolidation budgétaire dans la zone euro doivent être mis en oeuvre. D\'une manière générale, l\'attention devrait se porter sur des objectifs budgétaires structurels plutôt que des objectifs nominaux, susceptibles eux d\'être affectés par la situation économique\", recommande le FMI. Dans son projet de budget, la France renonce à son objectif de retour à l\'équilibre des comptes publics en 2017, se contentant d\'un déficit de 0,3% mais visant en revanche un déficit zéro dès 2016 en termes \"structurels\", hors aléas de la conjoncture, conformément au nouveau traité européen en cours de ratification.Des figures de la majorité ont récemment exprimé des doutes sur la possibilité d\'atteindre l\'objectif de 3% fin 2013, comme s\'y est engagée la France auprès de ses partenaires européens. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :