Obama, Nobel de la paix sous haute pression

 |   |  557  mots
Rarement une personne a, comme l'a fait Obama, capté l'attention de la planète et donné à sa population l'espoir d'un avenir meilleur. » En attribuant à Barack Obama le prix Nobel de la paix, moins de neuf mois après son arrivée à la Maison-Blanche, le jury d'Oslo a salué une politique étrangère dans laquelle « la diplomatie multilatérale a retrouvé une position centrale ». Accueillant hier avec « une profonde humilit頻 cet honneur, le président des États-Unis a « accepté cette récompense comme un appel à l'action, un appel lancé à tous les pays pour qu'ils se dressent face aux défis communs du XXIe siècle ». Et en dépit d'une diplomatie privilégiant le dialogue, qui a permis de détendre les relations de Washington avec le reste du monde, ses défis restent nombreux : la Maison-Blanche doit notamment organiser la sortie des États-Unis d'Irak, définir une stratégie pour les troupes américaines en Afghanistan, relancer le processus de paix israélo-palestinien et gérer la crise du nucléaire iranien. Évoquant la création d'un « nouveau climat dans la politique internationale », le comité Nobel a souligné avoir « attaché une importance particulière à la vision et aux efforts d'Obama pour un monde sans armes nucléaires ». Le président des États-Unis a appelé les pays nucléarisés à démanteler leurs arsenaux. De plus, alors que le traité Start 1 expire le 5 décembre prochain, l'hôte de la Maison-Blanche a proposé à la Russie d'accélérer les discussions sur le désarmement et a aussi renoncé à déployer un bouclier antimissiles en Europe de l'Est.un prix jugé prématuréPour autant, la décision du Comité Nobel a surpris les chancelleries à travers le monde ? et Barack Obama lui-même? Le secrétaire général de la Maison-Blanche, Rahm Emanuel, a déclaré au « New York Times » « qu'aucune discussion de quelque sorte » entre l'entourage du président et le Comité n'avait précédé l'attribution du prix. Même si cette récompense a généralement été saluée, certains responsables politiques l'ont jugé prématurée. « Il n'a pas eu le temps de faire quoi que ce soit. Pour le moment, il ne fait que proposer », a ainsi déclaré Lech Walesa, lauréat du Nobel de la paix en 1983, tandis qu'Abou Zouhri, un cadre du Hamas, le mouvement palestinien qui contrôle la bande de Gaza, a jugé « qu'Obama a encore un long chemin à parcourir avant de pouvoir mériter ce prix ».À Oslo, le président du comité Nobel, Thorbjoern Jagland, a défendu ce choix en déclarant que le prix « n'avait pas été accordé en fonction de ce qui pourrait advenir dans le futur, mais pour ce qu'Obama a réalisé au cours de l'année écoulée ». Bien que le président des États-Unis peine à imposer ses réformes au Congrès, le comité s'est félicité du fait que « les États-Unis jouent maintenant un rôle plus constructif dans les grands défis climatiques ». Le prix Nobel sera remis à Barack Obama le 10 décembre, pendant la conférence de Copenhague sur le réchauffement climatique, où les partenaires des États-Unis craignent que les propositions américaines manquent d'ambition. nLe Comité Nobel souligne avoir « attaché une importance particulière aux efforts d'Obama pour un monde sans armes nucléaires ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :