Les Bleus doivent faire le plein

 |   |  556  mots
Sur la plage de Perros-Guirec, les amoureux dessinent des c?urs dans le sable. Raymond Domenech a peut-être dessiné une carte de l'Afrique du Sud en jetant quelques regards à l'océan. L'Afrique du Sud, terre toujours lointaine d'une équipe de France même pas dans le hall d'embarquement. Elle se rapprochera de l'aéroport si elle s'impose ce soir face aux îles Féroé et mercredi contre l'Autriche.Première étape face aux Féroïens, derniers du groupe. La France a peur. Non, on blague. Ce ne sont quand même pas ceux qu'on a cyniquement surnommés « les gardiens de moutons » qui vont nous faire trembler. On va à Guingamp, on prend 3 points et si la Roumanie fait ce qu'il faut contre la Serbie, selon l'expression consacrée, on peut encore croire à la première place directement qualificative pour le Mondial 2010. Si les 3 points sont là mais pas le faux pas serbe, alors on pensera aux barrages, dernier moyen d'aller au pays de Mandela : « Il faut faire le maximum pour essayer d'être premier, même si pas grand monde le pense », selon Jérémy Toulalan.« Il faut faire carton plein, peu importe la porte qu'on doit ouvrir, l'objectif c'est de se qualifier pour le Mondial », explique Éric Abidal. Même privés de Yoann Gourcuff et de Franck Ribéry, les Bleus doivent passer un maximum de buts aux Féroïens. Soigner sa différence de buts pour, qui sait, passer aux forceps. Malgré cette obligation de se projeter vers l'avant, Domenech devrait rester fidèle à ses deux milieux récupérateurs, Toulalan et Diarra, une option critiquée depuis longtemps pour sa frilosité. L'attaque à trois, Gignac-Henry-Anelka, apporte certaines espérances. Dont celles de pulvériser la défense des joueurs nordiques, même si celle-ci n'a encaissé que 1,5 but par match en qualification.Il faudra quand même se dépêcher de marquer ce premier but, car jamais les Bleus n'ont fait trembler plus d'une fois les filets en 2009. Même pas aux Féroé à l'aller. Mais si on est incapable de réaliser cette petite performance, autant ne pas aller en Afrique du Sud.Ce soir, à Guingamp, on guettera surtout ce que ce public de province réserve au sélectionneur. Dans le fief de Noël Le Graët (voir notre édition d'hier), tout devrait être sous contrôle et se passer comme dans le meilleur des mondes. « On aimerait que ça se passe un peu plus souvent comme ici », apprécie Florent Malouda. « Ailleurs, il y a un sentiment de ranc?ur des supporteurs. Chacun vient dans le stade exprimer son opinion et nous, on se prend ça en pleine figure. » Le milieu de terrain offensif des Bleus est aussi revenu sur le supposé clivage qui opposerait les joueurs au sélectionneur depuis la fameuse réunion à la veille de France ? Roumanie : « Quand on tape sur Raymond Domenech, on tape sur l'équipe de France et il n'y a pas de distinction à faire », martèle Malouda.Déjà, taper les Féroé qui rêvent « à un coup de tonnerre qui serait l'un des plus gros de l'histoire », selon leur sélectionneur, Brian Kerr. On n'ose même pas penser à un tel scénario qui serait cataclysmique pour des Bleus qui peinent déjà à écrire leur avenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :