La pièce de platine de 1.000 milliards de dollars, une arme politique pour les démocrates

 |   |  696  mots
Pour l\'instant, elle totalise près de 7.300 votes. Et si elle atteint la barre des 25.000 voix d\'ici le 2 février, l\'administration Obama sera tenue d\'y apporter une réponse. Lancée sur le site de la Maison Blanche, cette pétition ne concerne rien de moins que la création d\'une pièce de platine de 1.000 milliards de dollars par le Trésor américain. Certes, l\'idée apparaît farfelue. Pour autant, elle fait son nid, fournissant aux démocrates une arme politique pour damer le pion aux républicains dans la perspective des débats sur le relèvement du plafond de la dette. Des journalistes blogueurs, notamment Joe Weisenthal, de Business Insider, ont contribué populariser l\'idée. Récemment, un député démocrate new-yorkais, Jerrold Nadler, a apporté son soutien à l\'initiative. Et mardi, c\'est Paul Krugman, l\'éditorialiste star du New York Times, qui a évoqué cette possibilité pour les démocrates en cas d\'impasse politique.De fait, si le mur le \"mur budgétaire\" a été évité de justesse le 1er janvier - permettant à l\'Oncle Sam d\'échapper à quelques 600 milliards de dollars de hausses d\'impôt et de baisses importantes des dépenses publiques -, la bataille se poursuit entre démocrates et républicains sur ce dossier. Or ces dernier, qui tiennent la Chambre des représentants, n\'entendent pas donner leur feu vert au relèvement du plafond légal (pour l\'heure bloqué à 16,394 milliards de dollars) sans contrepartie. Ils souhaitent en particulier obtenir des coupes dans les programmes fédéraux de santé. Alors que les démocrates, eux, veulent taxer davantage les riches.107 ans pour fabriquer cette piècePour contourner le Congrès, l\'idée de cette pièce de platine de 1.000 milliards a donc surgi. Avec une telle manne, l\'Etat pourrait ainsi faire face à ses dépenses sans relever le plafond de la dette. D\'après Christine Rifflart, économiste à l\'OFCE et spécialiste des Etats-Unis, l\'Oncle Sam consacre à la louche entre 500 et 600 millions de dollars par mois pour refinancer sa dette et couvrir ses dépenses courantes. Avec 1.000 milliards de dollars, il pourrait ainsi honorer ses échéances pendant un peu moins d\'un an et demi!De fait, le Trésor a parfaitement le droit de battre cette pièce grâce à un vide législatif lui permettant de frapper des médailles commémoratives en platine, alors qu\'il ne peut pas le faire pour celles en or et en argent. Même si cela semble pour le moins difficile à mettre en œuvre - selon le site MarginCall, il faudrait quelques 107 ans pour réunir les 642 millions d\'onces de platine nécessaire à la fabrication de cette pièce -, il suffirait ensuite que le Trésor dépose cette pièce à la Fed où il dispose d\'un compte. Et en échange, il bénéficierait d\'un prêt de 1.000 milliards que le gouvernement pourrait dépenser librement.Quid du risque inflationniste?Mais la mesure ne risquerait-elle pas de provoquer de l\'hyperinflation? Non, explique Christine Rifflart, puisque \"la Fed pourrait stériliser ce prêt en vendant des titres de dette publique\". Il faut dire que depuis la crise de 2008, la Réserve fédérale américaine a presque triplé la taille de son bilan, qui avoisine maintenant les 3.000 milliards de dollars.Enfin, et comme l\'explique le néo-keynésien Paul Krugman, les Etats-Unis se trouvent dans une situation de trappe à liquidité. Ce qui signifie, en clair, que l\'émission de masse monétaire ne créée pas d\'inflation.Une possible fronde des marchésReste que les marchés n\'apprécieraient sans doute guère la manœuvre, car une telle initiative ne ferait que repousser encore la mise en place d\'une vraie politique budgétaire. Et consacrerait l\'incapacité de la sphère politique à se mettre d\'accord sur ce sujet-clé.  Pour aller plus loin sur le mur budgétaire, le décryptage de la Tribune : Reculer pour mieux sauter dans le gouffre budgétaire ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :