Difficile mutation

 |   |  327  mots
Un salon automobile de Detroit qui fait la part belle aux voitures sobres et vertes. Des groupes pétroliers contraints de fermer des raffineries aux États-Unis et en Europe, faute de demande suffisante pour l'essence qu'elles produisent. La Grande-Bretagne qui se lance dans un programme géant d'éolien offshore, estimé à 85 milliards d'euros sur dix ans, et susceptible de fournir le quart des besoins du pays en électricité, alors que les réserves de gaz et d'or noir de la mer du Nord s'épuisent. À l'évidence, l'ère du « tout pétrole, tout bagnole » vit des moments difficiles. Du moins dans les pays occidentaux. Copenhague ou pas, les mentalités ont changé, et il faut sans doute s'en réjouir.Reste toutefois, dans l'industrie notamment, à gérer cette délicate transition entre le monde d'hier et les technologies de demain. Lorsque Renault veut fabriquer sa nouvelle Clio en Turquie et dédier ainsi progressivement son usine de Flins à la voiture électrique, si chère à son PDG Carlos Ghosn, la classe politique entière pousse des hauts cris. Gouvernement en tête, lui qui se voulait pourtant le chantre de cette révolution technologique? Mais voilà, les Clio, tout comme les Twingo désormais fabriquées en Slovénie, c'est du concret. Des centaines de milliers de ventes par an. Plus de 3.000 emplois en France chez le constructeur et des milliers d'autres chez les sous-traitants. Mais aussi, accessoirement, des millions de tonnes de CO2 à venir? Alors que la Zoé électrique, que Renault compte assembler à Flins à partir de 2012, demeure un gros pari.Gageons que les Britanniques auront, eux aussi, le plus grand mal à convaincre les salariés de leurs groupes pétroliers nationaux à se reconvertir dans l'implantation et l'exploitation des quelque 3.500 éoliennes prévues au large de leurs côtes. Entre un business aujourd'hui bien rodé et les incertitudes du futur, rares sont les téméraires qui choisissent la deuxième option. oesposito@latribune.fr odile Esposito

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :