« Je souhaite bon courage à ceux qui vont rester »

 |   |  340  mots
Emmanuel Adebayor, capitaine du TogoAprès une réunion entre joueurs, vous aviez dans un premier temps décidé de prendre part à la CAN?On a passé des moments très difficiles. On a fait une réunion et on s'est dit qu'on était quand même des footballeurs. On voulait faire quelque chose de beau pour le pays : jouer pour rendre hommage à ceux qui sont morts. Malheureusement, le chef de l'État et les autorités du pays en ont décidé autrement. On va donc plier bagages et rentrer chez nous.N'aviez-vous pas peur qu'une nouvelle attaque se produise ?Si? Mais ce vendredi à 14?h?30, on était tous morts dans ce bus. On a envoyé nos derniers messages à nos familles. On a appelé nos proches pour prononcer nos derniers mots. Je me suis dit : « Si on est encore là, sur la terre angolaise, pourquoi ne pas faire la CAN ? » Ce qu'on a vécu va nous marquer à vie. Aujourd'hui, les autorités ont décidé de rentrer, on va rentrer. Mais est-ce que les gens qui ont laissé leur peau vont être contents qu'on rentre ? Je ne sais pas.Jouer à Cabinda paraissait difficilement imaginable?J'ai parlé avec toutes les autorités. Je leur ai dit de prendre les mesures nécessaires pour notre sécurité. J'en ai parlé avec la délégation de la Côte d'Ivoire et avec les Ghanéens. Ils m'ont exprimé leur soutien en disant qu'ils étaient prêts à quitter la compétition si on le faisait. C'est quand même un continent sur lequel une Coupe du monde va avoir lieu en Afrique du Sud ! Si on parle de morts, la compétition aurait dû être annulée. Mais la CAF en a décidé autrement. Nous, on va rentrer et on souhaite bon courage à ceux qui vont rester, surtout au Burkina Faso, à la Côte d'Ivoire et au Ghana (qui devaient être les adversaires du Togo dans le groupe B, Ndlr). J'espère qu'ils vont être prudents. Propos recueillis par RMC Sportaf

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :