Lasagnes Findus : le circuit infernal de la viande de cheval à 300.000 euros

 |   |  767  mots
A qui la faute ? Le scandale prend désormais une dimension européenne. Le ministre délégué à la consommation Benoît Hamon a dévoilé dans un communiqué les premiers résultats de l\'enquête de la DGCCRF ( Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) concernant la présence de viande de cheval dans des lasagnes de la marque Findus pourtant censées ne contenir que du boeuf.  \"Le fournisseur de l\'usine luxembourgeoise (de l\'entreprise Comigel fournisseur de Findus, ndlr) est le groupe français Poujol\", la holding chapeautant la société Spanghero. Poujol \"a acquis la viande surgelée auprès d\'un trader chypriote, qui avait sous-traité la commande à un trader situé aux Pays-Bas, ce dernier s\'étant fourni auprès d\'un abattoir et d\'un atelier de découpe situés en Roumanie\", précise le ministre.Benoît Hamon a dénoncé cette architecture qui \"relève avant tout d\'une logique financière qui aurait rapporté plus de 300.000 euros\". Le ministre a demandé à la DGCCRF \"de se rapprocher sans délais\" de ses homologues néerlandais et roumains \"pour déterminer le stade auquel la fraude ou l\'erreur de gestion des viandes doit être imputée\".Findus porte plainte contre XQuelques heures plus tôt, la célèbre marque de surgelés a annoncé avoir décidé de saisir la justice. \"Nous avons été trompés. Nous porterons plainte contre X dès lundi\", a déclaré samedi le directeur général de Findus France, Matthieu Lambeaux, dans un communiqué.Le fournisseur de Findus se retourne contre le producteur roumainDe son côté, Spanghero, le fournisseur français de la viande présente dans la lasagnes Findus, a décidé de se retourner contre son producteur. \"Nous avons acheté de la viande de boeuf \"origine Europe\" et nous l\'avons revendue. S\'il s\'agissait bien de cheval, nous allons nous retourner contre le fournisseur roumain\", a déclaré à l\'AFP Barthélémy Aguerre, président de Spanghero, joint par téléphone. \"Ces derniers jours, nous avons eu des contrôles de la répression des fraudes. La viande était bien étiquetée boeuf. Nous n\'avons pas acheté ni vendu de la viande de cheval\", a-t-il insisté.La Roumanie se défendQuant à la la Roumanie, elle a commencé à se défendre samedi . \"Je suis sûr que l\'importateur (français) savait que ce n\'était pas du boeuf, car le cheval a un goût, une couleur et une texture particuliers\", a affirmé auprès de l\'AFP Sorin Minea, le président de l\'association Romalimenta qui regroupe les patrons roumains de l\'alimentaire. Selon lui, il existe en Roumanie trois abattoirs qui abattent des chevaux et exportent la viande vers des pays de l\'UE, notamment la France et l\'Italie. Le recours à de la viande chevaline s\'explique probablement pour des raisons financières. Le cheval \"est moins cher que le boeuf\", a expliqué le président de l\'association. Le ministère roumain de l\'Agriculture a pour sa part indiqué qu\'il menait une enquête sur cette affaire.Jusqu\'à 100% de viande de chevalLe scandale liée à la présence frauduleuse de viande chevaline avait éclaté dès la mi-janvier lorsque les autorités irlandaises en avaient découvert dans de la viande hachée produite et écoulée au Royaume-Uni et en Irlande. Mais l\'affaire s\'était amplifiée quand l\'agence de sécurité alimentaire britannique FSA (Food Standards Agency) a annoncé la détection de cheval dans des lasagnes. Les lots concernés - qui pourraient dater du mois d\'août - ont depuis été retirés de la vente. A la suite de quoi, la FSA a exigé des détaillants et de leurs fournisseurs qu\'ils procédent à des analyses généralisées de tous les produits à base de boeuf et qu\'ils lui fournissent leurs conclusions avant le 15 février.Reste que le ministre britannique de l\'Environnement chargé des questions alimentaires, se montre peu confiant. \"Il est possible que nous ayons d\'autres mauvaises nouvelles. (...) Je pense que nous devons être réalistes\", a déclaré le ministre samedi, à l\'issue d\'une réunion d\'urgence à Londres avec les autorités sanitaires et les principales chaînes de supermarchés, dont Tesco, Asda, Morrisons et Sainsbury\'s.Lire aussi: Des lasagnes de boeuf à la viande de cheval scandalisent le Royaume-Uni 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :