Bachelot promet 10 milliards pour les hôpitaux

 |   |  334  mots
Entre les milliers de suppressions de postes annoncés à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris et la volonté élyséenne de voir tous les hôpitaux publics à l'équilibre d'ici à 2012, Roselyne Bachelot a voulu mettre un peu de baume au coeur d'un monde hospitalier bien morose.Mercredi, à l'occasion d'une visite du chantier de rénovation de l'hôpital Necker, à Paris, la ministre de la Santé a donc dévoilé les 640 premières opérations retenues dans le cadre du plan Hôpital 2012 lancé par le gouvernement dès son installation, en juin 2007. Le ministère de la Santé avait reçu 2.000 dossiers de la part des hôpitaux et des cliniques privées.projets immobiliersRéparties dans tout l'Hexagone, ces opérations, qui concernent essentiellement des projets immobiliers (à 75 % dans le public), devraient être suivies par d'autres annonces à la fin 2011. Au total, a rappelé fièrement Roselyne Bachelot, en cette période de restrictions budgétaires, le plan Hôpital 2012 prévoit 10 milliards d'euros d'investissements dans les trois ans à venir. La première phase dévoilée mercredi doit mobiliser un peu plus de 5 milliards d'euros.Mais derrière le bel affichage ministériel, la réalité de l'effort financier direct de l'État est nettement plus modeste. En effet, sur les 10 milliards d'investissements annoncés par Roselyne Bachelot d'ici à 2012, 5 milliards seront apportés par l'assurance-maladie sous forme de subventions d'investissements (1,2 milliard) et d'aides en fonctionnement couvrant le coût du recours à l'emprunt par les établissements concernés (3,8 milliards). Deux autres milliards seront apportés aux hôpitaux par la Caisse des dépôts sous forme de prêts à taux préférentiels. Pour le reste, les établissements devront se débrouiller seuls.La ministre de la Santé a profité de son déplacement pour mettre en garde les hôpitaux contre les « investissements démesurés » du passé, qui expliquent aujourd'hui leur situation financière déficitaire... Roselyne Bachelot a également insisité sur les nécessaires réorganisations hospitalières en cours. P. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :