Wolfgang Schäuble : une sortie du Royaume-Uni serait "une catastrophe"

 |   |  392  mots
Une sortie de l\'Union européenne (UE) du Royaume-Uni serait une \"catastrophe rien qu\'en terme d\'image\" s\'est inquiété le ministre allemand des Finances Wolfgang Shäuble dans une interview au quotidien autrichien Der Standard.Schäuble veut ménager les BritanniquesWolfgang Schäuble s\'exprimait au sujet des discussions sur le plafonnement des bonus bancaires sur lequel se sont entendus les partenaires européens mais auxquels Londres est farouchement opposé. \"Il n\'y a aucun doute: les directives sur les bonus seront adoptées. Mais je préfèrerais que les Britanniques les votent également\" a expliqué le ministre allemand. Et d\'ajouter, en forme de ménagement à l\'égard des Britanniques, que \"nous devons essayer de ne pas créer ce sentiment à Londres : \'l\'Europe n\'a aucun égard pour nous, nous sortons\'\".Selon ce texte, la rémunération variable ne pourra pas excéder la rémunération fixe. Le bonus pourra toutefois atteindre le double de la rémunération fixe si une majorité qualifiée d\'actionnaires est d\'accord. Il est soutenu par 26 pays, à l\'exception notable de la Grande-Bretagne.On peut discuter...Afin de donner le temps de la réflexion aux Britanniques, les Européens se sont donné un répit mardi pour adopter le texte sur le plafonnement des bonus bancaires. Le ministre britannique des Finances George Osborne \"dit que la place financière londonienne génère 10% du Produit intérieur brut britannique\". Quand une nouvelle réglementation européenne arrive, qui risque selon la Grande-Bretagne, d\'avoir un impact massif sur les activités bancaires, \"alors nous devons prendre cela au sérieux\", a estimé le grand argentier allemand, généralement habitué à des prises de positions très fermes à l\'égard des partenaires européens, notamment des pays du sud de l\'Europe.... mais cela passera quand mêmeMais les directives sur les bonus ne seront en rien \"affaiblies\", a-t-il affirmé. \"La population ne veut pas accepter, je ne veux pas accepter, que les banquiers engrangent de nouveau de tels bonus et quand quelque chose tourne mal, demandent l\'aide des contribuables\". A noter que les élections allemandes sont dans 6 mois. Dans ce contexte, ne pas se montrer ferme à l\'égard des banquiers serait mal reçu par l\'opinion allemande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :