« Ne pas relever le plafond de la dette américaine n'est pas envisageable »

 |   |  401  mots
STRONG>Le plan présenté par le républicain Paul Ryan visant à réduire les dépenses publiques de 5.800 milliards de dollars sur dix ans est-il réaliste ?Non, surtout qu'il souhaite épargner en partie les dépenses militaires. Cependant, il va falloir rapidement faire quelque chose car nous ne pouvons plus continuer à accumuler des déficits publics de cette ampleur. Il faudra certainement mener une politique budgétaire plus stricte, ce qui revient à accepter une croissance moins élevée. Mais la reprise commence à se montrer suffisamment robuste pour résister à un resserrement graduel des dépenses.L'endettement de l'État fédéral est-il un problème alors qu'il peut emprunter à moindre coût ?Les États-Unis ne pourront pas toujours s'endetter à faible coût. Quand l'économie va se normaliser, le « fly-to-quality » vers les titres de la dette américaine va se réduire et les taux d'intérêt vont augmenter. Nous sommes partis d'un niveau raisonnable d'endettement public, ce qui nous laisse une marge de manoeuvre sur le plan budgétaire. Mais elle n'est pas illimitée. Plus la dette se creuse et plus les problèmes qui nous menacent à long terme, comme le vieillissement de la population, seront difficiles à gérer.Justement, l'assurance santé pour les personnes âgées, Medicare, est au coeur des débats au Congrès...Là aussi, il convient d'agir parce que les coûts du programme grimpent sans que l'on sache comment les financer. Les républicains proposent de privatiser le système, en échange de subventions pour permettre aux personnes âgées de souscrire à une assurance privée. Mais beaucoup de retraités rencontreraient alors des difficultés pour supporter le coût financier de ce système. Même ceux qui perçoivent des retraites élevées.Le Congrès doit trouver un accord pour relever le plafond de la dette. Un défaut de paiement est-il possible?À l'heure actuelle, je ne pense pas qu'un tel scénario se produise. Certains républicains souhaitent au moins protéger le service de la dette afin d'éviter un défaut de paiement. Ne pas relever le plafond de la dette n'est pas envisageable sur le long terme. Cela perturberait sérieusement les opérations du gouvernement et causerait d'importants problèmes sur les marchés financiers et, au final, pour l'économie.Retrouvez l'intégralité de cet entretien sur latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :