GM, allié de PSA, va investir dans Opel, sa filiale allemande déficitaire

 |   |  610  mots
General Motors prévoit d\'investir quatre milliards d\'euros dans Opel d\'ici à la fin 2016, afin de soutenir le lancement de nouveaux modèles, selon l\'agence Reuters.  Après avoir  envisagé de lâcher sa filiale allemande en déficit chronique, le consortium américain décide de remettre au pot.. \"En tant qu\'entreprise automobile mondiale, General Motors a besoin d\'une présence forte en Europe, autant dans la conception et le développement que dans la fabrication et la vente\", a affirmé ce mercredi à Rüsselsheim, siège d\'Opel, Dan Akerson, Directeur général du groupe de Detroit allié de PSA Peugeot-Citroën.Pertes chroniquesLa filiale allemande de GM souffre d\'un retard technologique dans les diesels et les boîtes automatiques notamment. Elle est d\'ailleurs en surcapacités chroniques. Elle a annoncé fin mars l\'arrêt de la production automobile sur son site allemand de Bochum dès la fin 2014. Opel est engagé depuis une douzaine d\'années dans des plans de restructuration à répétition, qui n\'ont pas empêché General Motors d\'afficher de fortes pertes structurelles en Europe. Les réductions progressives de capacités ne suffisent pas à suivre  l\'érosion des parts de marché d\'Opel et de sa marque soeur britannique Vauxhall. La déprime des marchés européens n\'arrange rien, car Opel vend aujourd\'hui quasi-exclusivement sur le Vieux continent. General Motors a enregistré l\'an dernier un déficit d\'exploitation (Ebit) de 1,8 milliard de dollars (1,4 milliard d\'euros) en Europe, après 747 millions en 2011. Le consortium de Detroit vise l\'équibre... d\'ici à 2015. GM a en outre passé pour 5,2 milliards de dollars (4 milliards d\'euros) de dépréciations d\'actifs en Europe dans ses comptes du quatrième trimestre. Ventes en chuteLa marque Opel (avec le label Vauxhall sur le marché britannique), dont les véhicules sont traditionnellement produits en Europe (Espagne, Grande-Bretagne et Allemagne), a poursuivi sa dégringolade en Europe l\'an dernier à 1,05 million d\'immatriculations, contre 1,22 million un an auparavant.  Opel est d\'ailleurs paradoxalement de plus en plus concurrencé en Europe par Chevrolet, la marque bas de gamme de GM, qui écoule principalement des modèles moins chers produits en Corée. Les immatriculations de GM dans l\'Union européenne ont encore fléchi de 12,9% sur les deux premiers mois de l\'année avec une part de marché de 7,5%, dont 6,4% seulement pour Opel (avec Vauxhall).PSA en première ligneGM et PSA Peugeot-Citroën se sont mariés fin février 2012.  Les deux groupes ont annoncé récemment  des plates-formes communes entre Peugeot, Citroën et Opel. Sur le segment des monospaces compacts et \"crossovers\" (faux 4x4) type Peugeot 3008, Citroën C4 Picasso ou Opel Zafira, le développement des remplaçants sera assuré par le constructeur français. Sur le deuxième segment (petits monospaces et  faux 4x4 type Peugeot 2008, Citroën C3 Picasso et Opel Meriva, le développement  sera assuré par Opel, mais sur une base roulante de PSA. Enfin, sur le créneau des petites voitures type Peugeot 208, Citroën C3 et Opel Corsa, les deux partenaires prévoient un co-développement, sur une évolution de la plateforme \"1\" de PSA. Les Opel Corsa actuelles reposent sur une ancienne plate-forme Fiat au terme d\'anciens accords entre GM et le groupe transalpin qui ont fait long feu. Par ailleurs, un petit moteur à essence conjoint sera développé, sur la base des mécaniques françaises. Ce partage signifie que des plateformes de PSA pourront à l\'avenir être installées dans des usines d\'Opel. Et vice-versa.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :