Philip Rösler, futur ministre allemand de l'Économie

?php $cleengFullBodyContent = array ( 'price' => 0.49, 'itemType' => 'article', 'shortDescription' => 'Philip Rösler, futur ministre allemand de l\'Économie', 'url' => 'https://latribune.fr/journal/edition-du-1105/economie-international/1157697/philip-rosler-futur-ministre-allemand-de-l-economie.html', 'pageTitle' => 'Philip Rösler, futur ministre allemand de l\'Économie | La Tribune', 'shortUrl' => NULL, 'contentId' => 314605371, ); $cleengPageId = "620925"; $cleengBody = "La cuisine interne du parti libéral oblige Angela Merkel à remanier son gouvernement. Philip Rösler, nouveau patron du FDP, l\'allié de la CDU de la chancelière au niveau fédéral, devrait en effet quitter le ministère de la Santé qu\'il occupait depuis les élections de septembre 2009 pour prendre le portefeuille de l\'Économie. Son actuel secrétaire d\'État Daniel Bahr, lui aussi libéral, prendra la Santé. À 38 ans, Philip Rösler, qui va succéder à la tête du parti ce week-end au ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle, hérite en réalité d\'un champ de ruines. Tous les sondages le donnent désormais sous la barre des 5 % nécessaires pour entrer au Bundestag. Le fils de boat-people vietnamiens adopté par une famille allemande doit donc tout reconstruire et il doit, pour cela, affirmer son autorité et préserver son image. Ce remaniement ministériel l\'y aidera. Pour Philip Rösler, la priorité était en effet d\'apaiser les tensions grandissantes au sein du FDP après le retrait de Guido Westerwelle. Plusieurs ténors libéraux, dont la chef du groupe parlementaire Birgit Homburger et le futur ex-ministre de l\'Économie Rainer Brüderle, ont lutté pour le poste de vice-président du parti. Philip Rösler a imposé sa solution : la première deviendra le numéro deux du FDP et sera remplacée par le second. Ce week-end, le nouveau patron libéral pourra donc présenter une direction solide. Au reste, devenir ministre de l\'Économie présente pour lui un intérêt certain: le poste est moins exposé aux coups que celui de la Santé et il permet, ces temps-ci, d\'annoncer beaucoup de bonnes nouvelles. C\'est donc un tremplin politique idéal.Choix décisifPhilip Rösler devra cependant définir une ligne politique convaincante pour retrouver les faveurs des électeurs. Voulant réintroduire un discours social au sein du FDP et se détacher de la démagogie fiscale de son prédécesseur, il va faire face rapidement à un premier défi : celui des baisses d\'impôts. Les évaluations officielles des recettes fiscales d\'ici à 2014 seront en effet connues jeudi et devraient montrer un surplus de 136 milliards d\'euros sur trois ans. Que faire de cet argent avant les élections fédérales de 2013 ? Réformer l\'impôt sur le revenu comme l\'avait promis Guido Westerwelle, maintenir le cap de la consolidation budgétaire comme l\'a annoncé mardi Angela Merkel ou adoucir le plan de rigueur ? Dans ce débat, Philip Rösler devra définir la position de son parti. Un choix décisif sur lequel se jouera en 2013 la survie du mouvement libéral outre-Rhin et, par ricochet, celui du maintien d\'Angela Merkel au pouvoir. "; include_once($_SERVER["DOCUMENT_ROOT"]."../inc/cleeng/CleengLayer.php"); ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.