La vente des porte-hélicoptères Mistral à la Marine russe proche d'un dénouement

 |   |  405  mots
?php $cleengFullBodyContent = array ( 'price' => 0.49, 'itemType' => 'article', 'shortDescription' => 'La vente des porte-hélicoptères Mistral à la Marine russe proche d\'un dénoue', 'url' => 'http://latribune.fr/journal/edition-du-1105/industrie-services/1157719/la-vente-des-porte-helicopteres-mistral-a-la-marine-russe-proche-d-un-denouement.html', 'pageTitle' => 'La vente des porte-hélicoptères Mistral à la Marine russe proche d\'un dénouement | La Tribune', 'shortUrl' => NULL, 'contentId' => 506502235, ); $cleengPageId = "620941"; $cleengBody = "Doucement mais sûrement, les négociations entre Paris et Moscou avancent sur la vente à la Marine russe des quatre porte-hélicoptères de type Mistral (BPC), fabriqués pour partie par les chantiers navals STX de Saint-Nazaire et DCNS (deux bâtiments), et pour le reste par OSK, le Groupe unifié de construction navale russe associé à des sous-traitants français. « L\'environnement en Russie reste compliqué mais nous sommes confiants sur la conclusion de ce contrat prochainement », assure-t-on à « La Tribune » de sources proches des négociations. À tel point que la venue du président russe Dmitri Medvedev à Deauville pourrait permettre à Nicolas Sarkozy de faire une nouvelle annonce, en marge du sommet du G8, les 26 et 27 mai 2011. Pour autant, le contrat ne serait peut être pas signé à cette échéance et la période du salon aéronautique du Bourget (20 au 26 juin) est évoquée.Les luttes d\'influence à Moscou autour du contrat ne facilitent pas les négocations. Le limogeage par le président russe d\'un des principaux négociateurs du contrat, le vice-amiral Nikolaï Borissov, qui s\'était rapproché des positions françaises, a quelque peu ralenti les discussions. Mais au-delà de ces péripéties, la tendance reste à la conclusion du contrat, qui avait été annoncé par le président de la République Nicolas Sarkozy en décembre. « Tout va dépendre de l\'attitude des Russes au moment du G8, explique-t-on. S\'ils ne sont pas prêts, cela voudra dire que ce dossier n\'est pas vraiment prioritaire. La balle est dans leur camp ».En visite récente à Saint-Nazaire, OSK a obtenu toutes les informations demandées aux industriels français, notamment STX. Ces derniers ont encore besoin de connaître les prix pratiqués par les sous-traitants russes sélectionnés pour travailler sur les deux premiers BPC pour formuler une proposition financière à Rosoboronexport, la société d\'État russe spécialisée en exportation d\'armes, qui va acheter les deux BPC pour le compte de la Russie. MICHEL CABIROL"; include_once($_SERVER["DOCUMENT_ROOT"]."../inc/cleeng/CleengLayer.php"); ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :