Microsoft fait un pari risqué en rachetant Skype au prix fort

 |   |  564  mots
?php $cleengFullBodyContent = array ( 'price' => 0.49, 'itemType' => 'article', 'shortDescription' => 'Microsoft fait un pari risqué en rachetant Skype au prix fort', 'url' => 'http://latribune.fr/journal/edition-du-1105/technos-medias/1157680/microsoft-fait-un-pari-risque-en-rachetant-skype-au-prix-fort.html', 'pageTitle' => 'Microsoft fait un pari risqué en rachetant Skype au prix fort | La Tribune', 'shortUrl' => NULL, 'contentId' => 522193202, ); $cleengPageId = "620931"; $cleengBody = "Le pari est audacieux. En rachetant Skype pour 8,5 milliards de dollars en cash (5,9 milliards d\'euros, dette comprise), Microsoft réalise la plus grosse acquisition de son histoire et espère faire d\'une pierre deux coups, en renforçant à la fois son offre à destination des professionnels - sa cible historique - et sur le segment du grand public, son relais de croissance. Bien connu des consommateurs depuis sa création, en 2003, pour ses services gratuits de téléphonie par Internet (dits VoIP), Skype, fort de 663 millions d\'abonnés, a récemment développé une offre de vidéoconférence en ligne pour les entreprises, payante. Microsoft va pouvoir enrichir des fonctionnalités de Skype ses propres outils de travail collaboratif, tels que SharePoint, des logiciels de partage de documents et de créations de portails Web pour les sociétés, et Lync - son service de messagerie professionnelle instantanée. Skype pourrait être intégré à la messagerie Outlook, par exemple, ce qui permettra à Microsoft de concurrencer Oracle et surtout Cisco sur le marché de la vidéoconférence, très porteur car source d\'économies pour les entreprises. Cisco avait d\'ailleurs envisagé de racheter Skype en 2010, pour 5 milliards de dollars. Avec cette acquisition de Skype, Microsoft coupe aussi l\'herbe sous le pied de Google - qui aurait cherché à mettre la main sur le spécialiste de la VoIP - cette fois dans le domaine du grand public. Skype sera en effet installé sur les smartphones équipés du système d\'exploitation de Microsoft, Windows Phone 7, concurrent de l\'Android de Google. Une façon de riposter au service d\'appel vidéo de ce dernier, Google Talk, et à FaceTime, celui d\'Apple. Toutefois, Microsoft devra lever les réticences des opérateurs mobiles, qui craignent que les services de VoIP comme Skype rognent leurs recettes et saturent leurs réseaux, et jouent un rôle clé du fait des subventions des téléphones portables. Les marchés sont sceptiquesSkype devrait aussi être accessible via Xbox Live, le service de jeux vidéo en ligne de Microsoft, et devrait probablement, compte tenu de sa notoriété, remplacer les actuels services de messagerie instantanée (vocale et vidéo) Live de Microsoft.Le hic, c\'est que Skype n\'est toujours pas rentable et son service, très prisé, reste difficile à monétiser. En 2010, le groupe, basé au Luxembourg, a accusé une perte nette de 7 millions de dollars. Sur les 124 millions d\'utilisateurs qui se connectent chaque mois à Skype, 7 % seulement sont des clients payants. « Skype ne générera jamais assez de chiffre d\'affaires et de bénéfice pour compenser le coût de l\'acquisition », selon Andrew Bartels, du cabinet Forrester. Bien que Microsoft dispose d\'une trésorerie colossale de 50 milliards de dollars, Skype semble cher payé. La transaction fait ressortir un multiple de plus de 30 fois son excédent brut d\'exploitation de 2010. Le cours de Microsoft reculait d\'ailleurs de plus de 1 % mardi en séance. "; include_once($_SERVER["DOCUMENT_ROOT"]."../inc/cleeng/CleengLayer.php"); ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :