Claude Guéant bénéficiaire de primes mensuelles illégales

Nouvel épisode dans l\'affaire Guéant: un rapport de l’Inspection générale de l’administration et de celle de la Police publié ce 10 juin révèle que l\'ancien ministre de l\'Intérieur aurait perçu des primes illégales lorsqu\'il était directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l\'Intérieur. Les faits se seraient produits entre mai 2002 et l\'été 2004. Le rapport révèle que M. Guéant aurait reçu des primes mensuelles d\'un montant de 10.000 euros sur cette période, de l\'argent versé en liquide et provenant d\'un fonds normalement utilisé pour compenser les \"frais d\'enquête et de surveillance\". Ces sommes n\'auraient jamais dû lui être versées étant donné que Claude Guéant lui-même avait interdit ce type de primes lorsqu\'il était directeur général de la Police nationale en 1998.Virement suspect depuis la JordanieNormalement, ces primes devaient être réservées aux policiers pour compenser les frais d\'enquête et de surveillance qu\'ils effectuent.Ces révélations interviennent suite à une enquête diligentée par l\'actuel ministre de l\'Intérieur Manuel Valls. Début mai, il en avait fait la demande suite aux déclarations de Claude Guéant, qui avait dû justifier la découverte en février lors d\'une perquisition de factures réglées en espèces pour un montant, selon lui, de 20.000 à 25.000 euros. Par ailleurs, l\'Express révélait mi-mai  que l\'ancien directeur général de la Police nationale aurait reçu un virement suspect, d\'un montant de 25.000 euros et provenant de Jordanie. Deux notes à en-tête du ministère de l\'Intérieur avaient été découvertes lors des perquisitions menées ce jour-là évoquant des relations régulières entre Claude Guéant et plusieurs personnes connues du régime libyen: les hommes d\'affaires Ziad Takieddine et Alexandre Djouhri ainsi que l\'avocat Robert Bourgi.Lundi soir, le ministre de l\'Intérieur actuel, Manuel Valls, a indiqué via un communiqué qu\'il avait demandé la transmission du rapport au Procureur de la République de Paris. Il a demandé aux services de police de \"traduire dans les faits\" l\'ensemble des recommandations de la mission, qui demande que ces fonds ne servent qu\'aux frais réels d\'enquête.LIRE AUSSI :>> 10 repères pour tenter de \"comprendre\" l\'affaire Guéant 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.