Obama s'oppose à une loi sur les saisies immobilières

 |   |  185  mots
Considérées comme « des machines à jeter les gens à la rue », les banques sont plus que jamais dans le collimateur de l'administration Obama. Car la vindicte populaire enfle aux Etats-Unis, avec 1,2 million de saisies immobilières attendues en 2010, lesquelles auraient été « bâclées » et « validées à la chaîne ». « garde fou présidentiel »Dans un geste qui stigmatise encore plus le secteur financier, le président américain, Barack Obama, a annoncé en fin de semaine dernière qu'il mettait son veto à un projet de loi qui aurait rendu plus difficile la contestation d'une saisie par le propriétaire d'un logement. Un « garde fou présidentiel » qui devrait permettre d'éviter à l'avenir que des notaires d'un Etat n'autorisent des saisies dans d'autres Etats, sans-même faire la démarche de se déplacer. Dans ce dossier, qui prend un tour très politique, seule Bank Of America a annoncé vendredi qu'elle gelait ses procédures de saisies en cours. D'autres spécialistes du crédit comme Ally Financial ou JPMorgan Chase, pourtant menacées de plaintes, n'ont pas encore réagi. S. L.-D.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :