Les priorités du fonds remises en question

 |   |  179  mots
En attribuant ce week-end un rôle accru de surveillance au FMI, les pays ont ouvert un débat sur ses priorités. Pour Timothy Geithner, le secrétaire américain au Trésor, le Fonds « doit renforcer sa surveillance des politiques de taux de change et d'accumulation des réserves de change » par rapport aux autres paramètres (politique budgétaire, commerciale, etc.). Selon le ministre canadien des Finances, le patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, bénéficie d'un large soutien sur le rôle de gendarme des devises que devrait jouer le Fonds. Le ministre de Corée du Sud, hôte du G20 en novembre, plaide pour un « recentrage » des tâches du FMI en faveur des « risques systémiques », notamment financiers. « De nouveaux noms sont donnés à de vieux mécanismes de surveillance, estime Eswar Prasad, ancien du FMI devenu chercheur à la Brookings Institution. Les grandes économies encouragent le FMI à accentuer la pression sur les autres pays mais ne montrent aucun empressement à lui accorder des moyens de pression équivalents sur leurs propres politiques ». L. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :