La Chine dans les petits papiers de Moody's

 |   |  352  mots
À l'instar de la Turquie ou de la Colombie, la Chine figure sur la liste des pays émergents qui pourraient bénéficier d'un relèvement de leur note souveraine (actuellement à l'échelon A1). L'empire du Milieu s'est en effet vu gratifier d'un bon point par l'agence de notation Moody's pour l'efficacité des mesures qu'elle avait prises en vue de répondre à la crise financière de 2008. L'agence justifie son analyse par « les bonnes performances de l'économie chinoise », « ses perspectives de forte croissance à moyen terme » et « la capacité de Pékin à gérer les conséquences d'une politique de prêts bancaires sans précédent en 2009 ». Elle insiste également sur la faiblesse du déficit public de ce pays que de pléthoriques réserves de change peuvent effacer facilement. pression à la hausse du yuanMême si, c'est son principal bémol, la Chine pourrait également souffrir, en cas de rechute des économies américaine et européenne, d'une baisse de ses exportations. Relèvement ou pas, le verdict de l'agence devrait tomber dans trois mois. En attendant, cette perspective a nourri vendredi la tendance à la Bourse de Shanghai (+3,13 %) et à Hong Kong, au plus haut depuis juillet 2008. Et ce, d'autant plus que celles-ci, fermées pendant une semaine jusqu'à vendredi dernier en raison de la fête nationale, ont bénéficié avec un temps de décalage de la progression des cours des matières premières (les minières ont été les plus favorisées) et de la perspective de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire. Le geste de Moody's ne devrait pas être anodin non plus vis-à-vis de la monnaie chinoise. « Cette décision devrait ajouter à la pression ambiante sur la Chine pour qu'elle accélère la réappréciation du yuan », souligne l'économiste Prakash Sakpal, chez ING, « un relèvement de note rejoint l'idée que les perspectives économiques sont bonnes, ce qui revient à dire, que le pays a besoin d'une monnaie plus forte ». Ironie du sort : vendredi le cours du yuan a touché par rapport au dollar son plus haut niveau depuis 1994. M. B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :