Les banques françaises dans la tourmente de l'Euribor

 |   |  517  mots
La Commission européenne pourrait bientôt accuser plusieurs banques, dont Crédit Agricole, Société Générale, HSBC et Deutsche Bank, de complicité dans la manipulation de l\'Euribor, rapporte ce lundi 10 décembre le Wall Street Journal. L\'Euribor est avec le Libor un des deux principaux taux de référence du marché interbancaire. La Fédération bancaire européenne (FBE), chargée de l\'élaboration de ce taux, a régulièrement défendu sa crédibilité. Selon elle, l\'Euribor serait moins sujet aux manipulations de marché que son cousin britannique le Libor, en raison de l\'étendue plus large du panel de banques qui participent à son élaboration : plus de quarante, contre moins de 20 pour le Libor de la British Bankers Association.Un panel plus large que pour l\'Euribor\"Nous avons toute confiance dans la gestion de l\'Euribor. Etant donné le grand nombre de banques qui sont impliquées dans la détermination du taux, il serait impossible de la compiler de manière artificielle\", avait déclaré Cédric Quemeneur, le directeur d\'Euribor-EBF mi octobre lorsque la Commission avait lancé une série de perquisitions dans plusieurs banques proposant des produits financiers liés à l\'Euribor. \"Nous sommes ouverts et prêts à partager les données avec les autorités\", avait-il annoncé à cette occasion.Une des priorités de la Commission européenne\"C\'est une enquête que nous considérons comme une de nos priorités. Pour autant, je ne peux pas en dire plus, si ce n\'est que l\'enquête se poursuit et notamment je ne peux pas donner le nom des banques qui sont concernées par cette enquête\", a déclaré le le porte-parole de Joaquin Almunia, le vice-président de la Commission européenne et commissaire chargé de la concurrence, refusant de confirmer les dires du quotidien américain.Selon le Wall Street Journal, au moins une douzaine de banques seraient concernées par l\'enquête, dont au moins quatre, Crédit Agricole, Société Générale, HSBC et Deutsche Bank, pour avoir collaboré avec Barclays pour manipuler l\'Euribor.Barclays, UBS... et les autresLa banque britannique avait reconnu avoir tenté de manipuler le taux de référence, et accepté de payer des amendes astronomiques pour mettre fin aux poursuites. D\'autres banques devraient être poussées par les régulateurs, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et ailleurs, à faire de même. La semaine dernière, le New York Times estimait ainsi que la banque suisse UBS pourrait écoper d\'une amende supérieure à celle de Barclays (450 millions de dollars) aux Etats-Unis.Quatorze autres banques y sont citées à comparaître , parmi lesquelles la Société Générale, Bank of America, Deutsche Bank et Citigroup. Toutes sont accusées d\'avoir manipulé les taux d\'intérêt interbancaires qui déterminent le prix de produits financiers grand public représentant un total de 300.000 milliards de dollars. Certains experts estiment que le montant total des amendes pourrait avoisiner les 20 milliards d\'euros. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :