Ford veut produire des voitures mondiales

 |  | 396 mots
Lecture 2 min.
utomobile« Nous comptons produire en 2012 deux millions d'unités sur la plate-forme de la future compacte Focus, avec une dizaine de variantes de carrosserie. Aujourd'hui, nous écoulons un million de véhicules dans ce segment avec trois plates-formes mondiales différentes », nous explique John Fleming, PDG de Ford Europe. Cette plate-forme, développée en Europe, sera inaugurée par les prochains monospaces compacts C Max et Grand C Max, produits à Valence (Espagne) et commercialisés à partir de la rentrée 2010. Ils seront aussi exportés outre-Atlantique. La berline Focus, fabriquée à Sarrelouis (Allemagne), arrivera au début de 2011. Elle sera ensuite produite dans le Michigan, aux États-Unis, où une usine de « trucks » (4×4, pick-up) est en cours de reconversion, pour un lancement local au second semestre 2011. Une fabrication est aussi envisagée en Russie et en Chine. Malgré des échecs retentissants dans les années 1990, le groupe américain parie donc une nouvelle fois sur la voiture mondiale. Il est vrai que, depuis, les différents marchés ont convergé.La prochaine familiale Mondeo, étudiée par les centres techniques américains et prévue dans quatre ans environ, sera aussi la même des deux côtés de l'Atlantique, avec une version hybride mondiale. À la même époque, arrivera également un pick-up, identique en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. « Nous voulons, en moyenne, vendre 680.000 voitures par an sur une même plate-forme en 2014, contre 345.000 cette année. »« réduire la complexit頻En attendant, depuis la rentrée, Ford commercialise aux États-Unis son utilitaire léger Connect, assemblé en Turquie. Et, dès le printemps 2010, la petite Fiesta européenne sera aussi fabriquée au Mexique pour le marché américain. Ford veut ainsi « réduire la complexit頻 de ses produits et de son outil industriel.Mais la situation de Ford Europe est aujourd'hui délicate. La branche du seul constructeur américain à ne pas s'être déclaré en faillite affichera des « pertes cette année », même si les deux derniers trimestres ont été positifs grâce à « des économies d'1 milliard de dollars ». Les ventes « se situeront autour de 1,5 à 1,6 million d'unités en 2009, contre 1,8 million en 2008 et 1,9 million en 2007 », affirme John Fleming. « En 2010, le marché européen baissera fortement. Nos ventes continueront donc de se contracter. Mais nous espérons quand même gagner de l'argent. » Alain-Gabriel Verdevoye, à Francfort

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :