Revue de presse

 |   |  360  mots
STRONG>Libération Champagne L'admirable ténacité de SodimédicalC'est un bras de fer sans précédent qui est engagé entre les salariés de Sodimédical et la direction de l'entreprise de Plancy-l'Abbaye (Aube). Depuis le mois d'avril, les dirigeants de cette filiale du groupe austro-allemand spécialisé dans le textile médical veut fermer son usine qui compte 54 salariés. Elle veut transférer l'activité en Chine et en République tchèque. Depuis ces 54 salariés se battent pour empêcher cette fermeture. La semaine dernière, le directeur de l'usine a annoncé en comité d'entreprise qu'il a déposé à nouveau le bilan et qu'il demande la liquidation de l'entreprise. Alors que le tribunal de commerce ne se prononcera que le 18 janvier, l'avocat des salariés, Philippe Brun, a mis à profit de délai pour déposer un recours en référé devant le tribunal de grande instance pour plaider une « manoeuvre frauduleuse » de la part de l'entreprise. Il considère que cette demande de liquidation est « un abus de droit ».Nice Matin : LGV : Estrosi se tourne vers l'ItalieParalysée par les tergiversations sur le tracé, la ligne à grande vitesse Méditerranée n'avance pas. Sa livraison est prévue en 2035. Dans le meilleur des cas. Car il manque beaucoup d'argent. Agacé, le député-maire de Nice, Christian Estrosi, s'inquiète du renchérissement de ce projet dont le coût estimé est passé de 7 à 15 milliards d'euros : « À ce jour, on ne sait même pas comment le financer ». L'élu ne veut plus attendre : « Je veux profiter de la main tendue de l'Italie ». Nos voisins transalpins aménagent une LGV à double voie et grande capacité pour relier Gênes à Vintimille à près de 200 km/h à l'horizon 2018-2020. Christian Estrosi entend s'y associer en adaptant la ligne Nice-Vintimille. Un accord a été signé lundi.Le Populaire du Centre : Renault Trucks : des salariés inquietsLe choix de l'État de commander 200 camions militaires au groupe Iveco passe mal à Limoges. La direction de Renault Trucks n'a pas réussi à rassurer les salariés qui se demandent si l'activité défense du groupe est désormais menacée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :