Euronews veut sortir de son modèle tout en images

 |   |  367  mots
La première chaîne d'information en Europe n'est pas anglo-saxonne mais la discrète Euronews. La chaîne basée près de Lyon revendique 6 millions de spectateurs quotidiens, contre 1,2 million pour CNN et 0,7 pour BBC World. Depuis 2007, elle est aussi en tête de l'étude EMS de Synovate sur l'Europe et le Moyen Orient, regardée par 15,7 % des foyers aisés par semaine, juste devant CNN (15,6 %), BBC World (13 %) et loin devant France 24 (2,9 %). La chaîne est diffusée en dix langues (bientôt onze avec l'ukrainien), ce qui l'a longtemps contrainte à proposer des programmes tout en images. Consciente de cette faiblesse, elle s'est lancée dans une refonte de ses programmes. « Euronews a été critiquée pour son côté froid. Depuis 4 à 5 mois, la chaîne devient personnifiée : on voit des visages à l'antenne, pour des directs et des magazines », a expliqué mardi le président du directoire Philippe Cayla. Elle multiplie aussi les diversifications. Elle va lancer des radios sur Internet avec le lyonnais Espace Group et apporter ses vidéos au site du « Point », qui en retour lui fournira des articles. Enfin, elle a remporté - contre France 24 - un appel d'offres d'Air France pour proposer de l'information sur les longs courriers. Bénéficiaire depuis 2004C'est la bonne santé financière d'Euronews qui permet ces développements. La chaîne est bénéficiaire depuis 2004, et distribue des dividendes depuis 2008. En 2009, elle a réalisé un bénéfice net de 1,2 million d'euros sur un chiffre d'affaires de 49,3 millions. En 2010, elle devrait gagner un peu plus d'1 million sur un chiffre d'affaires approchant les 60 millions (70 millions visés en 2011). Les revenus proviennent à 60 % de la publicité et des produits dérivés, 25 % de subventions européennes, et 15 % de ses actionnaires, qui sont des télévisions publiques européennes. Le premier actionnaire est France Télévisions (à hauteur de 25,4 %), qui verse 2 millions par an pour reprendre le programme de la chaîne le matin sur France 3 - une somme qui baissera à 1,5 million d'ici 2013. La TV espagnole est récemment sortie du capital pour des raisons financières. Mais les TV scandinaves, qui auraient pu suivre, sont pour l'instant toujours là. Jamal He

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :