Des mesures pour fluidifier un marché du logement et venir en aide aux plus défavorisés

Parce que le logement « joue un rôle de premier plan dans l'économie de par son importance pour la dépense et le patrimoine des ménages, le bien-être, et aussi en raison de ses retombées sur les performances scolaires et l'emploi, et sur le cycle d'activité », l'OCDE a également des propositions à faire pour améliorer la fluidité du marché. Une fluidité jugée insuffisante qui se traduit une forte augmentation des prix depuis la fin des années 90 et par un nombre élevé de mal logés : 5,5 % de la population française, soit 3,4 millions de personnes environ ! Pour résoudre ces problèmes, l'OCDE estime que la politique publique du logement, dont le budget s'est élevé à 37 milliards d'euros en 2008, devrait se décliner en trois volets : la mise en place d'aides personnelles sous conditions de ressources, « instrument le plus efficace car permettant un meilleur ciblage ; un soutien direct à l'offre en zones tendues, « notamment via le secteur social qui devrait se concentrer sur les ménages défavorisés » ; réduction de certaines entraves aux mécanismes de marché, en rendant l'offre plus réactive, le marché plus fluide et transparent, et « en limitant les nombreuses distorsions induites par la réglementation, la fiscalité et les subventions». F. Pi.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.