Pro.Archives multiplie sa taille par quatre

 |  | 509 mots
Lecture 3 min.
C'est un peu comme si David terrassait Goliath au pays de l'archivage. La jeune société nîmoise Pro.Archives (17 salariés, 2,6 millions d'euros de chiffre d'affaires) a racheté la société nantaise AGO (97 salariés, 7,2 millions d'euros de chiffre d'affaires), numéro 7 national du secteur. Grâce à cette opération de croissance externe, Pro.Archives multiplie son chiffre d'affaires par quatre, son résultat net par 2,5 et ses effectifs par sept. Cette acquisition lui permet surtout de ne plus dépendre de son principal sous-traitant qui représentait 40 % de ses ventes.« Recall assumait la partie physique (transport, stockage, etc.) de notre activité. Nous étions à la merci d'éventuels changements de politique au sein de ce groupe international. Nous avons donc cherché à intégrer dans notre giron une société capable de réaliser ces prestations à sa place », explique Yvan Zaouche, président de Pro.Archives. Ce coup d'éclat lui a valu d'être distingué, au printemps dernier, par un « Coup de coeur » 2010 du jury du prix de l'Ambition de la région Sud-Méditerranée, organisé par la Banque Palatine en partenariat avec « La Tribune ».offre commerciable cibléeAvec le rachat d'AGO, Pro.Archives, qui espère réaliser d'importantes économies d'échelle, s'offre aussi un patrimoine immobilier logistique (un réseau de 19 entrepôts représentant 1.000 km d'archives) et un portefeuille de 1.300 clients, dont plusieurs groupes internationaux. L'opération, finalisée en novembre 2009, a nécessité dix-huit mois de négociation et la création d'une équipe de cinq personnes dédiée à l'acquisition. « Il n'est pas bien vu qu'un petit veuille racheter un gros. Nous avons dû nous battre pour démontrer notre crédibi- lit頻, note Yvan Zaouche. Mais Pro.Archives, créée en 2000, avait un argument de poids : une rentabilité incontestable (522.000 euros de résultat net en 2009) grâce à son offre commerciale très ciblée. La PME est en effet numéro un en France sur le créneau très spécifique de l'archivage de documents pour les administrateurs de biens. « C'est mon ancien métier. J'en connais toutes les contraintes, notamment l'obligation pour les syndicats de copropriétés de conserver durant dix ans les documents relatifs à leurs clients », observe Yvan Zaouche. Pour un forfait de 5 euros par an et par logement, Pro.Archives assure une gestion complète de leur archivage à la fois physique et numérique (voir encadré). L'acquisition d'AGO, pour un montant de 11 millions d'euros, a été réalisée avec l'appui du groupe Ardens, un fonds d'investissement qui a apporté 2 millions en capital et 3 millions en obligations non convertibles, et des prêts bancaires à hauteur de 6 millions d'euros. belles perspectivesYvan Zaouche reste majoritaire (57 %) du groupe Pro Asset, créé pour porter l'opération. Celle-ci ouvre donc de belles perspectives de développement au groupe qui ambitionne de devenir le numéro 5 national du secteur et de porter son chiffre d'affaires consolidé de 9,5 millions à 20 millions d'euros d'ici à cinq ans, tout en augmentant ses marges et son effectif à plus de 200 personnes. Voire davantage, si le numérique décolle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :