La « machine » Matignon grossira encore en 2010

 |   |  327  mots
ExÉcutifÀ première vue, François Fillon fait figure de parent pauvre face à Nicolas Sarkozy et son millier de collaborateurs à l'Élysée. Le budget des services du Premier ministre, examiné ce matin par l'Assemblée, recense « seulement » 326 personnes pour les cabinets de François Fillon, et des ministres et secrétaires d'État qui lui sont rattachés : Patrick Devedjian à la Relance, Nathalie Kosciusko-Morizet à l'Économie numérique ou encore Michel Mercier à l'Aménagement du territoire.Mais à y regarder de plus près, la machine Matignon est autrement plus étoffée. Si l'on ajoute le Secrétariat général du gouvernement (SGG), qui prépare les textes et organise la vie matérielle des ministres, le Service d'information du gouvernement (SIG), et la Direction des services administratifs et financiers, 1.038 personnes travaillent en fait pour le Premier ministre.En 2010, les crédits atteindront 155 millions d'euros contre 112 millions pour ceux de l'Élysée. Une augmentation de 20 % qui s'explique surtout par le rattachement de nouveaux organismes. La décision présidentielle de créer un « conseil de la création artistique » a contraint Matignon à prendre en charge la création de 4 emplois. Le fonctionnement de la nouvelle Union pour la Méditerranée, voulue également par l'Élysée, va coûter 2,4 millions au budget du Premier ministre? Nombreux rattachementsPour la communication gouvernementale, Matignon disposera d'une enveloppe de 22 millions d'euros. Une stabilité qui masque cependant une hausse de 292 % du budget sondages? Les frais de représentation seront également stables, à 1,3 million. François Fillon disposera également de 500.000 euros pour commander des études à des sociétés privées. Matignon disposera également de 1,6 million pour entretenir et renouveler son parc automobile et rembourser les taxis de ses collaborateurs (500.000 euros).Pas moins d'une dizaine d'organismes chargés de « prospective » lui sont aussi rattachés : Centre d'analyse stratégique, Conseil d'analyse économique, Conseil d'orientation des retraites? Leur fonctionnement absorbera 27 millions d'euros en 2010 dont 13 millions en rémunérations. Patrick Coquidé

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :