Les papetiers confiants dans la poursuite de la reprise

 |   |  302  mots
Changement de ton chez les industriels du papier. Pour la première fois depuis 2005, la production de papiers et de cartons en France a progressé en 2010. Mais avec 8,8 millions de tonnes produites l'an dernier (+ 5,3 %), les marchés se sont redressés mais n'ont pas effacé le plongeon de 11,4 % effectué en 2009. Les prix de leur côté ont bondi en moyenne de 10 % en 2010, restant encore inférieurs de 3 points à leur niveau de début 2008. Pour 2011, la fédération professionnelle du secteur, la Copacel, mise sur une « poursuite de cette reprise ». Ce rebond s'accompagne d'un nouvel angle d'attaque de la Copacel dans ses demandes aux pouvoirs publics. Renonçant cette année à ses habituels appels aux subventions ou autres exonérations, la profession porte le combat sous l'angle de la concurrence européenne. « L'industrie papetière française recule dans le concert européen, avec un taux de croissance parmi les plus faibles d'Europe », soupire le président de la Copacel, Jean-Marc Louvet. L'Allemagne affiche un rebond de 12,6 %, l'Espagne de 9,2 %, l'Italie, à qui la France a du céder en 2006 sa place de 4e producteur européen de papiers, de 8,6 %. Ouverture d'enquêteLe secteur des papiers et cartons d'emballage est très remonté contre l'Allemagne, qui a vu sa part de marché passer de 18 à 24 % en Europe quand celle de la France a reculé de 13 à 10 % en dix ans. Se félicitant de l'ouverture par Bruxelles d'une enquête sur les conditions de développement de certaines capacités de production outre-Rhin, Stéphane Thiollier, président de cette branche, demande une « réflexion avec l'ensemble des acteurs sous l'égide des pouvoirs publics ». Il dénonce les risques pour les utilisateurs d'emballage en France en particulier les secteurs de l'agroalimentaire, pharmacie et cosmétique, de voir leurs conditions d'approvisionnement dégradées. M.C. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :