People's Daily (Chine) : La bulle immobilière, un casse-têt...

 |   |  225  mots
People's Daily (Chine) : La bulle immobilière, un casse-tête pour les célibataires Selon un sondage réalisé par le centre de recherche sociale du journal de la jeunesse chinoise, 35,6 % des jeunes interrogés (plus de 4.000) déclarent qu'ils ne veulent pas se marier tant qu'ils ne seront pas propriétaire d'un appartement ou d'une maison. Mais avec la bulle immobilière que connaissent les grandes villes, peu nombreux sont ceux qui peuvent s'offrir un logement. Selon les statistiques de Goldman Sachs, sur les six dernières années, la hausse du prix des logements a dépassé l'augmentation des revenus disponibles de 30 % à Shanghai, et de 80 % à Pékin. Et la crise économique mondiale n'a en rien stoppé l'envolée des prix de l'immobilier. Les statistiques officielles montrent que dans 70 villes de grande et de moyenne taille, les prix ont augmenté de 5,7 % sur un an glissant en novembre 2009. Ainsi, Jin Jian, un entraîneur sportif d'Harbin, dans le nord du pays, voit déjà la moitié de son salaire mensuel partir en dépenses quotidiennes. Pour s'acheter un appartement de 60 mètres carrés en ville, il devrait économiser pendant vingt ans. Avant, les jeunes salariés n'hésitaient pas à se marier : ils avaient confiance. Le gouvernement leur donnerait bien un jour de quoi se loger. Mais c'était avant les réformes de marché?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :