assurance-maladie

 |   |  347  mots
Tout a été bien géré [...]. Le gouvernement a pris les bonnes décisions [...]. Il a fait ce qu'il fallait faire pour protéger la population. » Nicolas Sarkozy a profité, mardi, de ses v?ux aux personnels de santé lors d'un déplacement à Perpignan pour soutenir sans nuance la stratégie de son gouvernement face à l'épidémie de grippe A. Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé qui l'accompagnait, n'a pu qu'apprécier ce coup de main alors qu'elle devait être auditionnée, mardi soir, par les députés sur ses choix vaccinaux jugés disproportionnés, à gauche comme dans la majorité.Le chef de l'État a aussi voulu rassurer les médecins libéraux, traditionnel électorat de la droite, avec qui pourtant le courant ne passe plus. Les généralistes en particulier n'ont pas apprécié d'être exclus de la vaccination, malgré la récente volte-face du gouvernement sur ce point. Ils contestent également la volonté du gouvernement de repousser à plus tard une revalorisation des tarifs de leurs consultations. « L'exercice libéral a perdu de son attractivité. » « Il faut refonder la médecine libérale », a estimé Nicolas Sarkozy.« nouveau modèle »Pour tenter de revaloriser son rôle, il va confier au président de l'Ordre national des médecins une mission afin « d'inventer un nouveau modèle de soin de premier recours ». S'adressant ensuite aux infirmières, le chef de l'État a rappelé que le gouvernement venait de revaloriser leur carrière dans le public. « Elles auront à terme 2.000 euros net en plus par an. »Une grande partie de l'intervention présidentielle a été consacrée à l'hôpital. Alors que la conférence sur les déficits publics, qui se penchera donc sur le rétablissement des comptes de l'assurance-maladie, se tiendra le 21 janvier, Nicolas Sarkozy a réaffirmé son souhait que « les déficits des hôpitaux soient ramenés à zéro d'ici à 2012 ». Ce qui entraînera nécessairement des suppressions de postes et de la grogne. « La performance n'est pas un gros mot à l'hôpital », a-t-il lancé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :