Bruxelles relance le Marché unique

 |   |  406  mots
Le Marché unique européen devrait connaître un nouvel élan, avec la présentation ce mercredi par Michel Barnier, commissaire au Marché intérieur et aux Services, de douze chantiers prioritaires. Il s'agit de fournir à l'Union européenne (UE) des armes pour améliorer sa compétitivité dans une mondialisation où la concurrence est de plus en plus rude. Les objectifs sont ambitieux : gagner en dix ans 4 points supplémentaires de croissance et créer 5 millions d'emplois dans l'UE !Cela tombe à point nommé dans le contexte actuel de la crise de la dette et des plans d'austérité. Si le FMI relève ses prévisions de croissance de la zone euro - coeur de l'Union européenne - de 0,1 point pour 2011 et 2012, il pointe malgré tout une certaine fragilité : « D'autres pas audacieux sont nécessaires pour garantir la viabilité des finances publiques, résoudre les problèmes du secteur bancaire, réformer le cadre politique de l'UE et raviver la croissance », souligne l'institution.Les préconisations contenues dans le texte du commissaire français sont de nature à fournir des réponses à ces problèmes, notamment par sa philosophie de simplification et d'unification de procédures. Parmi elles, on compte un brevet européen, mais auquel l'Italie et l'Espagne ne souscriront pas, une simplification des procédures en matière de marchés publics, mais aussi une libéralisation du marché intérieur des services, encadrée par une carte professionnelle européenne. Le sujet pourrait remettre au goût du jour le célèbre cas du « plombier polonais », qui avait animé la campagne du référendum sur la Constitution en France en 2005.Le statut des PME va bénéficier d'une attention particulière, tant le potentiel économique est riche, selon Bruxelles. Elles devraient bénéficier de mesures facilitant leur accès au financement. De même, Bruxelles souhaite rendre plus aisée la circulation des travailleurs, grâce notamment à la mise en place d'équivalences des diplômes.Des experts pointent toutefois le manque d'ambition en matière d'éducation et de formation, de nature à favoriser l'adaptation des travailleurs aux nouvelles évolutions professionnelles.Quant à la feuille de route, Bruxelles va élaborer à partir de ses douze chantiers des textes qui seront proposés à l'examen des gouvernements de l'UE et du Parlement européen pour une adoption prévue avant la fin de 2012, et passer à la phase concrète du Marché unique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :