Le coup de force de Jean-Michel Aulas dans les paris en ligne

 |   |  502  mots
Frustré de ne pas pouvoir arborer le maillot Betclic en Ligue des Champions, Jean-Michel Aulas a choisi la manière forte. Dimanche, les joueurs de l'Olympique Lyonnais ont joué contre le club de Lille, avec sur la manche gauche du maillot le logo de l'opérateur de paris sportifs en ligne. Or, même si la loi d'ouverture du marché a été votée le 6 avril, elle n'a pas été promulguée et les futurs opérateurs de paris n'ont toujours pas d'autorisation. Mais Jean-Michel Aulas, qui a signé avec Betclic il y a un an, a décidé de braver la loi française. Pour sa défense, le président de l'OL assure par voie de communiqué que le président de la Ligue de foot Frédéric Thiriez lui a donné son approbation avant le match. Son de cloche différent du côté de la Ligue où l'on assure que la demande d'afficher Betclic pour cette rencontre a été refusée par la commission des compétitions, en raison de son arrivée tardive. Pour tirer cette affaire au clair, François Baroin recevra Jean-Michel Aulas et Frédéric Thiriez mercredi. Lors des débats parlementaires, le ministre du Budget avait promis, une fois la loi votée, d'être très sévère à l'égard de ceux qui enfreindraient les règles, par exemple en faisant de la publicité sans autorisation. Dimanche soir, la Ligue de football a fait savoir que le club pourrait faire l'objet d'une infraction, allant jusqu'à 15.000 euros d'amende. L'OL, fera appel de la décision. Pis, la LFP a annoncé qu'elle transmettrait le dossier au parquet. La Ligue n'a pas empêché le match d'avoir lieu car elle n'était pas sûre que son délégataire sur le terrain ait le droit d'annuler la rencontre et de déclarer la défaite de l'OL par forfait. Un recours, avec à la clef, l'hypothèse de re-programmer la rencontre, aurait été catastrophique au regard du calendrier et des enjeux de fin de saison. Pression sur la LFPDans cette affaire, l'OL a un but : jouer sa demi-finale de Ligue des champions le 21 avril contre le Bayern de Munich avec le maillot Betclic, et éventuellement la finale à Madrid. Mais avant ça, l'OL doit d'abord utiliser son logo en France, d'après la réglementation de l'UEFA. De son côté, Betclic a assigné en référé l'OL devant le Tribunal de commerce de Lyon pour « non respect de ses obligations » en Ligue des champions. Réponsee;ponse mercredi. Là aussi, il s'agit de faire pression sur la Ligue. L'UEFA avait, en accord avec le ministère des sports et la Ligue, accordé une dérogation en début de saison pour permettre à l'OL de porter le maillot Betclic à l'étranger. Mais c'était à la condition que le marché des paris soit ouvert début 2010. Depuis, le texte a pris du retard, et l'UEFA a mis un terme à cette politique dérogatoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :