L'éditorial de Pascale Besses-Boumard

 |   |  335  mots
C'est tout un symbole. À défaut d'abaisser la note des pays riches, les agences de notation sont aujourd'hui beaucoup plus clémentes avec celles des pays émergents. Les deux dernières annonces de Moody's, l'un des trois fers de lance de la notation dans le monde, en attestent. L'agence a coup sur coup relevé ses perspectives sur la Turquie et l'Ukraine et ce alors qu'il est aussi question de revoir à la hausse la note de plusieurs pays d'Amérique latine.Comment lire ce retour en grâce après les lourdes incertitudes nées de la crise financière?? Il y a, bien sûr, relèvement et relèvement. Celui de la Turquie reflète la réelle amélioration de son économie. Celle-ci a progressé de 10,3 % au second trimestre de cette année, bien au-delà des prévisions, laissant envisager une croissance annuelle deux fois plus importante que celle initialement prévue par le gouvernement. L'Ukraine, de son côté, n'en est pas encore là. Sous la pression du FMI, elle s'est toutefois engagée à mener une politique financière plus rigoureuse en ramenant notamment son déficit budgétaire à 5,3 %, et en procédant à une hausse du prix du gaz pour la population. Elle a fourni ainsi deux gages de sa bonne volonté pour satisfaire aux fourches Caudines des grands financiers mondiaux.En promettant de relever la note des pays émergents, les agences de notation envoient un signal fort. Elles permettent à ces États en voie du redressement ou de rédemption... de revenir plus aisément sur le marché du refinancement. Et comme on assiste là au parfait phénomène du serpent qui se mord la queue, plus ces pays empruntent à bon compte, plus leur redressement est aisé. Les agences de notation, critiquées depuis de longs mois, à tel point que l'on songe aujourd'hui à créer des instances parallèles, auraient-elles décidé, tout simplement, de sauver leur monopole?? En attendant, les pays promus, ne boudent pas leur plaisir. pbessesboumard@latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :