Le dollar fait un pied de nez à ses détracteurs

 |   |  344  mots
changesLes dirigeants de la zone Asie-Pacifique ont exprimé jeudi leur inquiétude et leur frustration face à la chute continue du dollar et la sous-évaluation chronique du yuan chinois, un phénomène conjugué qui risque de peser sur la reprise. Sur cette question politiquement sensible, les ministres des Finances réunis à Singapour au forum économique de l'Apec ont enjoint Washington et Pékin d'agir, en y mettant les formes. Pour le yuan, monnaie non convertible arrimée au dollar, ils ont souhaité que les « taux de change soient guidés par le march頻. La fronde contre l'hégémonie de la monnaie américaine sur le système monétaire international continue donc de s'étendre, bien que le ton devienne plus diplomatique.C'est pourtant le moment qu'a choisi le FMI pour mettre à nouveau de l'huile sur le feu. Après le pavé dans la mare lancé la semaine dernière par l'institution qui prétendait que le dollar était surévalué, l'envoyant au tapis, trois économistes du Fonds ont publié hier une étude recensant les alternatives pour que le système monétaire international mette progressivement un terme au « privilège exorbitant » que confère aux États-Unis le statut de monnaie de référence du dollar. autodisciplineCette étude, censée ne pas engager le FMI, n'a cette fois pas pesé sur la tenue du billet vert sur le marché des changes, puisqu'il est remonté d'un point bas de 1,5050 le 11 novembre à moins de 1,49 hier. Mais elle met néanmoins à nouveau le billet vert, actuellement très volatil, sur la sellette. Car elle prescrit une réduction de la part du dollar dans les réserves de change mondiale au profit d'une plus ample panoplie d'actifs, à commencer par l'euro. Il pourrait être ultérieurement rejoint par le yen, voire le yuan, ouvrant la voie à un système où aucune monnaie n'exercerait de rôle dominant, mais où chacun des participants devrait faire preuve d'une grande autodiscipline, les craintes sur la valeur d'une monnaie risquant de la chasser au profit des autres. I. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :