Éric Besson : « L'industrie mérite une attention toute particulière »

 |   |  344  mots
Alors que les comparaisons sur le plan économique entre la France et l'Allemagne se multiplient ces derniers temps, Éric Besson, ministre chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique, a reconnu dimanche dans l'émission de l'émission politique « La Tribune »-BFM qu'avec notre voisin d'outre-Rhin, « nous sommes en situation de handicap ». Et que l'avantage qu'avait la France il y a quinze ans « on l'a perdu ». Pour autant, il a mis en avant les avantages en termes de compétitivité de l'industrie française. « Nous sommes dotés d'outils qu'il faut valoriser, comme le crédit impôt recherche qui a connu un triplement de 1 à 3 milliards d'euros. Il est structurant pour la compétitivité de la France ». Par ailleurs, « avec Oséo et le FSI [Ndlr : fonds stratégique d'investissement], nous sommes dotés d'outils performants. Mais peut-on aller plus loin ? C'est au président de la République d'en décider ? J'en serai très partisan. Je serai plus favorable à cibler les outils sur l'industrie qui est le secteur le plus exposé (...) L'industrie mérite une attention toute particulière ». Pistes de financementInterrogé sur l'apport de 900 millions d'euros du fonds souverain du Koweït et de l'État français au groupe nucléaire Areva, Éric Besson, qui a précisé qu'une des missions qu'il s'était assigné était « de remettre de l'ordre dans la filière nucléaire », a indiqué qu'il « y aurait peut-être une deuxième étape », rappelant qu'en termes de financement « le président de la République n'avait pas fermé la porte à des pistes comme EDF, ou le fonds souverain du Qatar ».Enfin, l'ancien ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale a qualifié les propos de Marine Le Pen, comparant les prières de rue musulmanes à l'occupation nazie, d'« indécents » et de « grotesques », estimant qu'elle « avait réussi son pari car on parle d'elle » dans la bataille interne au FN qui l'oppose à Bruno Gollnish. Avant de poursuivre : « Il ne faut pas lui abandonner un certain nombre de valeurs, comme la nation ». I. M.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :