Etats-Unis : les négociations piétinent toujours sur le "mur budgétaire"

 |   |  419  mots
Les négociations sont toujours dans l\'impasse. La Maison Blanche et les républicains n\'arrivent toujours pas à s\'entendre pour éviter le \"mur budgétaire\". Et ce, alors que le temps presse, puisque des coupes automatiques dans les dépenses et une hausse des impôts pour tous les contribuables doivent normalement rentrer en vigueur le 2 janvier. Un cocktail qui, selon les économistes, risque de faire replonger la première économie mondiale dans la récession. Mardi, le président Barack Obama et John Boehner se sont entretenus au téléphone. Cette discussion s\'est déroulée deux jours après une précédente rencontre à la Maison Blanche selon l\'AFP. Le dirigeant républicain de la Chambre des représentants aurait fait une nouvelle proposition budgétaire à la Maison Blanche, au lendemain d\'une offre du président.Toutefois, aucune des deux parties n\'a donné de détails sur la teneur de ces plans. Et officiellement, tant les républicains que l\'exécutif démocrate critiquent l\'attitude de leurs adversaires. \"Plus la Maison Blanche traînera des pieds, plus notre économie se rapprochera du \'mur budgétaire\'\", a ainsi prévenu mardi John Boehner. Tout en assurant \"toujours attendre que la Maison Blanche identifie les coupes dans les dépenses auxquelles le président est prêt à consentir\".Les passes d\'armes se poursuiventDe son côté, Barack Obama s\'est dit persuadé que les républicains finiraient par plier. \"Je suis assez certain que les républicains ne vont pas prendre les impôts de la classe moyenne en otage pour essayer de protéger les cadeaux fiscaux des plus aisés\", a-t-il déclaré dans un entretien à la chaîne ABC. Un peu plus tôt, Mitch McConnell, le chef de la minorité républicaine au Sénat, avait prévenu que \"le temps presse\" pour parvenir à un accord. Le patron de la majorité démocrate dans la même assemblée, Harry Reid, a estimé que \"ce sera très difficile d\'y parvenir avant Noël\", et accusé les républicains d\'obstruction.En clair, la partie d\'échec semble encore loin d\'être terminée. Les deux camps continuent de s\'opposent la question de l\'augmentation des impôts sur les Américains les plus riches. Pour Barack Obama, il s\'agit-là d\'une exigence. Alors que les chefs républicains, eux, ont jusqu\'à présent refusée.(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :