« La diversité est une chance pour la France »

 |   |  398  mots
«En tant que magistrate à la Cour des comptes, j'interviens dans l'évaluation des politiques publiques dans les domaines de l'Intérieur, de la Justice, et des Affaires étrangères. J'ai auparavant évalué pendant sept ans les politiques de la Culture et de l'Éducation nationale. Mes dossiers portent actuellement sur l'aide publique au développement et sur divers sujets liés à l'administration de la justice. Ces sujets rejoignent mes préoccupations de cohésion sociale. Il faut agir tout de suite sur l'éducation, le logement et la lutte contre les inégalités. Mon engagement associatif est relativement récent. Mais il est devenu pour moi quelque chose de très important. J'ai pris en février 2010 la présidence du Club du XXIe siècle, créé en 2005, qui rassemble quelque 350 personnes de toutes origines géographiques (France, Maghreb, Asie, Afrique, Amérique du Sud) et de toutes professions : hauts fonctionnaires, cadres d'entreprise, médecins, avocats, universitaires. Ce club a pour objet de modifier les représentations de la diversité dans notre société. La diversité est une chance pour la France. La France a un modèle de méritocratie. Il y a les ?insiders? et les ?outsiders? pour lesquels on ne fait rien. Les jeunes issus des milieux sociaux défavorisés s'autocensurent. Il faut leur donner l'idée et l'ambition de s'orienter vers les filières sélectives. Il doivent pouvoir se projeter dans des modèles de réussite. À cette fin, le Club organise les « Entretiens de l'excellence » dédiés aux collégiens et lycéens, afin de travailler sur ce vivier. C'est très informel et ça marche très bien. Je dois beaucoup à l'école de la République. Je suis née en Corée et ai été adoptée à l'âge de six mois. Mon père, docteur en physique nucléaire, a été le premier de son village natal en Mayenne à avoir le bac. Ses parents étaient instituteurs. Ma mère m'a inculqué la culture de l'effort et a su me donner une curiosité intellectuelle. J'ai adoré lire dès l'âge de cinq ans, je peins. Je joue du piano, j'adore l'opéra. Je ne suis jamais allée en Corée, je ne parle pas le coréen, je suis totalement française, parisienne jusqu'au bout des ongles, et maman d'une petite-fille de six ans. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :