Cinq idées pour une campagne

Martine Aubry a abandonné le terme anglo-saxon de « care » pour parler désormais de « la société du respect », de « l'économie du bien-être » ou du « souci des autres ». La politique du « care » vise à répondre à toutes les situations de vulnérabilité dans la société : elle peut concerner la petite enfance, le stress au travail, les maladies professionnelles et, bien sûr, le grand âge. « Dans une société individualiste et marchande, il s'agit d'introduire des logiques plus collectives. C'est à la fois une approche morale et une pratique sociale. Elle n'est pas là pour se substituer aux politiques publiques, mais au contraire pour les compléter. Il ne s'agit pas de faire contre l'État ou à sa place, mais avec », a expliqué Gilles Finchelstein, de la Fondation Jean-Jaurès. H. F.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.