Grèce : le FMI au chevet des finances publiques grecques

 |   |  353  mots
Une mission de cinq experts du Fonds monétaire international (FMI) est arrivée mercredi à Athènes pour une semaine afin d'étudier une assistance technique destinée à aider le pays à redresser ses finances. La mission a aussitôt rencontré le ministre des Finances, Giorgos Papakonstantinou. La Grèce refuse néanmoins de solliciter l'aide financière de l'organisation basée à Washington.« La question ne se pose pas pour la Grèce de quitter la zone euro ou de faire appel à toute autre forme d'aide, comme celle du FMI », a indiqué le Premier ministre grec, Giorgos Papandréou. Ce ne serait pourtant pas la première fois qu'un pays européen bénéficierait du soutien du FMI. Dans les années 1960 et 1970, le Royaume-Uni et l'Italie avaient bénéficié de lignes de crédits du Fonds. Plus récemment, le FMI a volé au secours de plusieurs pays membres de l'Union européenne comme la Hongrie, la Roumanie ou la Lettonie. Pour Jérôme Sgard, chercheur au Centre d'études et de recherches internationales, « le FMI est plus crédible et mieux équipé que l'Union européenne pour entrer dans cet échange très particulier : un soutien financier contre une surveillance étroite de la politique économique, notamment des comptes publics. Les règles du jeu habituelles en Europe, fondées sur le consensus et la collégialité, ne sont pas nécessairement adaptées ». de « graves irrégularités »Or ce débat sur le soutien financier à apporter à Athènes pourrait vite ne plus être que théorique : selon l'agence de notation Moody's, le Portugal et la Grèce sont promis à « une mort lente » s'ils ne font rien. Cette mission du FMI intervient alors qu'un rapport de la Commission européenne met en cause l'honnêteté des statistiques sur le déficit et la dette grecs. Le document d'Eurostat, l'office européen des statistiques, fait état de « graves irrégularités ». Et les derniers chiffres fournis par la Grèce n'ont toujours pas été validés par Eurostat en raison d'un « nombre substantiel de questions sans réponse ». Xavier Harel

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :