Les trois autorités européennes de supervision ont trouvé leur président

 |   |  359  mots
Les trois pays vainqueurs de l'eurosupervision pourraient bien être les Pays-bas, l'Italie et le Portugal. Jeudi, les trois nouvelles autorités européennes des marchés, de la banque et de l'assurance, nées le 1er janvier, ont dévoilé leur favori au poste de président. C'est à l'Italien, Andrea Enria (49 ans), en charge des politiques de supervision à la Banque d'Italie et ancien secrétaire général du Comité européen des superviseurs bancaires, qu'il devrait revenir d'établir la crédibilité de l'Autorité européenne des banques (EBA). Un mois pour s'opposerLe Portugais Gabriel Bernardino (46 ans), président jusqu'alors du Comité européen des assurances et l'un des directeurs de l'autorité des assurances au Portugal, devrait présider à la destinée de l'Autorité des assurances (EIOPA). Quant à l'autorité des marchés (ESMA), c'est un néerlandais, Steven Maijoor, l'un des directeurs du gendarme néerlandais en charge des questions d'audit et de reporting, mais aussi d'intégrité des marchés, qui pourrait prendre les manettes. Les membres du conseil des superviseurs (qui réunit les présidents des autorités nationales) de chaque autorité ont en effet élu leur champion parmi une liste restreinte validée par Bruxelles. Ces nominations doivent encore être confirmées par le Parlement européen qui a un mois pour s'opposer. La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni n'ont donc pas obtenu le contrôle de ces instances. Mais la Bafin allemande est parvenue à prendre un siège au conseil exécutif d'ESMA et EBA. La FSA britannique a placé trois de ses représentants au sein des trois autorités, dont Thomas Huertas à la vice présidence d'EBA. Quid des français ? Seule Danielle Nouy (secrétaire général de l'Autorité de contrôle prudentiel) a pour l'heure rejoint le conseil exécutif du superviseur bancaire. Tout n'est pas joué. Il reste encore à nommer les directeurs exécutifs. Xavier Tessier, directeur délégué pour les affaires internationales au sein de l'AMF, et son homologue à l'ACP, Dominique Laboureix ont donc encore leurs chances pour l'ESMA et l'EBA respectivement. Bruxelles devrait transmettre une nouvelle liste restreinte à la mi février. C. FR.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :