Obama prépare un budget qui prévoit 1.100 milliards d'économies sur dix ans

 |   |  351  mots
C'est une grande bataille - la première depuis la prise de contrôle de la Chambre des représentants par les républicains - qui va s'ouvrir au Congrès américain. L'administration Obama va présenter ce lundi son projet de budget 2012. Un sujet brûlant alors que le déficit public devrait toucher un niveau record cette année, à près de 1.500 milliards de dollars (9,8% du PIB). Dimanche, le directeur du budget de la Maison Blanche, Jacob Lew, a indiqué sur CNN préparer un budget de 1.100 milliards de dollars d'économies en dix ans. Comme annoncé lors du discours sur l'Etat de l'Union fin janvier, le président va proposer un gel pour cinq ans des dépenses discrétionnaires non liées à la sécurité ? y compris les salaires des fonctionnaires. Cette mesure permettrait d'économiser 400 milliards de dollars sur les dix prochaines années, estime la Maison Blanche. La santé épargnéeAutre source d'économies : la fin des «earmarks», une pratique courante aux Etats-Unis consistant à inclure des dotations budgétaires spécifiques dans un projet de loi pour s'assurer le vote d'un élu. Barack Obama s'est dit prêt à mettre son véto sur chaque texte incluant de tels dispositifs. « Ce projet est totalement inadéquat pour résoudre le problème de nos dépenses excessives », a critiqué le sénateur républicain de l'Utah, Orrin Hatch. Principal reproche : il ne touche pas aux principaux postes budgétaires, à savoir les programmes d'assurance-santé Medicare et Medicaid, le régime général des retraites et le budget de la défense. Mais avant de s'attaquer au budget 2012, le Congrès va d'abord devoir trouver un terrain d'entente sur l'exercice en cours, pour lequel le projet de budget n'a jamais été adopté. Sans accord entre les deux camps avant le 4 mars, le fonctionnement de l'administration pourrait être paralysé. Sous la pression du Tea Party, les républicains réclament 100 milliards de dollars de coupes au cours des sept prochains mois. Inadmissible pour les démocrates, toujours majoritaires au Sénat. La bataille ne fait que commencer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :