Le marché des obligations sécurisées en panne

 |   |  431  mots
Essentiel au refinancement des banques européennes, le marché des obligations sécurisées («?covered bonds?») connaît un coup d'arrêt depuis l'éclatement de la crise grecque. Les mois de janvier et de mars ainsi que la première partie du mois d'avril avaient pourtant été très dynamiques grâce au regain d'appétit des investisseurs pour le risque et au succès du programme d'achat de «?covered bonds?» de la Banque centrale européenne (BCE).Mais le début des tensions sur le marché obligataire grec en février et les nouveaux pics atteints à partir de la fin avril ont gelé ce compartiment. «?Le marché grec est aujourd'hui fermé comme l'ensemble du compartiment européen, où il n'y a pas eu d'émission de taille benchmark (c'est-à-dire supérieure à 500?millions d'euros) placée auprès d'investisseurs finaux depuis le 22?avril dernier?», explique Ralf Grossmann, responsable des originations «?covered bonds?» chez Société Généralecute; Générale. «?Mais les investisseurs font aujourd'hui de plus en plus la distinction entre pays coeur et pays périphériques. Nous nous attendons à une réouverture rapide des marchés néerlandais, allemands et français si la normalisation des marchés obligataires souverains se poursuit?», ajoute-t-il.84 milliards levésParticulièrement sûres en raison de la double garantie qu'elles offrent aux investisseurs, les «?covered bonds?» sont un des outils permettant aux banques de refinancer leurs prêts immobiliers et aux collectivités locales. Malgré les turbulences grecques, plus de 84?milliards d'euros ont été levés en Europe depuis le début de l'année, dont environ 25?milliards par les banques françaises. Un niveau d'activité en ligne avec celui observé en 2006, année où les établissements européens avaient émis un record de 190?milliards d'euros de titres.Comme un symbole, la banque grecque EFG Eurobank Ergasias SA a émis le 10?mai dernier 650?millions d'euros de «?covered bonds?». Mais elle a dû intégralement les placer en refinancement à la BCE, qui se porte par ailleurs acquéreuse de «?covered bonds?» sur le marché secondaire depuis mai?2009. L'institution a pour l'instant acquis 52?milliards d'euros d'obligations sécurisées sur les 60?milliards prévus, faisant baisser avec succès la prime de risque exigée par les investisseurs. Encore de 160 points de base (1,6?%) par rapport au swap de référence en mai?2009, cette prime s'était stabilisée à environ 75 points en début d'année, selon l'indice Iboxx Covered. Mais les atermoiements de l'Europe sur l'aide à la Grèce l'ont depuis propulsé au-delà de la barre des 100 points de base.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :