Les indépendantistes en tête des élections en Belgique

 |   |  364  mots
Les électeurs flamands ont tapé du poing sur la table. Las de l'immobilisme de leur pays et de l'absence de réponses apportées par les partis traditionnels, ils ont massivement voté dimanche pour la Nouvelle Alliance flamande (N-VA) de Bart De Wever, qui prône l'indépendance à terme de la Flandre. Cette formation était créditée dimanche soir de plus de 29 % des voix dans plusieurs bureaux de vote de Flandre contre 17,5 % pour le parti chrétien-démocrate. S'ils se confirment, ces résultats donneraient au N-VA le titre de premier parti du nord du pays. En Wallonie et à Bruxelles, les socialistes seraient en première position avec 36 %, devant le parti libéral (MR), à 22,5 %.En 2007, la N-VA n'avait recueilli que 3,7 % des suffrages. Mais Bart de Wever se veut réaliste. Il ne préconise pas de « révolution » mais plutôt une « évolution graduelle » jusqu'à « l'évaporation » de la Belgique. « Mon parti plaide pour réaliser des réformes nécessaires» qui mettront fin au danger du statu quo dans un pays où les impôts sont les plus élevés d'Europe, où la dette est supérieure à 100 % du PIB et où le niveau des allocations et des pensions est le plus faible, disait-il durant la campagne. Il propose de passer à un système « confédéral », avec plus d'autonomie pour les régions flamande et wallonne dans le domaine socio-économique. Le pouvoir fédéral ne s'occuperait plus que des affaires étrangères et de défense, jusqu'à ce que ces domaines relèvent de l'Europe, dans sa vision. cadeau empoisonnéLa future coalition sera difficile à négocier. Bart de Wever ne convoite pas le poste de premier ministre à tout prix. Paradoxalement, pour la première fois depuis quarante ans, c'est un francophone, le socialiste Elio Di Rupo, qui pourrait prendre les commandes. Un cadeau empoisonné, car les séparatistes flamands ne feront aucune concession sur leur programme. Dans l'immédiat, la Belgique va assumer la présidence du Conseil de l'Union européenne dès le 1er juillet. Le démissionnaire Yves Leterme assumera les affaires courantes, août pouvant être propice à une transition douce vers un nouveau gouvernement. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :