baisse probable des rendements des contrats en euros des assurances-vie

 |   |  266  mots
Les nouvelles règles de solvabilité des compagnies d'assurances pourraient peser sur les rendements des contrats en euros. Garantis par les engagements financiers des assureurs, leurs rendements pourraient être affectés par un niveau d'exposition moindre au risque, ces prochaines années. En effet, si les assureurs vie cessent d'investir dans des actifs risqués, comme les actions ou l'immobilier du fait du coût d'immobilisation du capital que cela entraîne, les rendements futurs pourraient s'approcher de zéro, voire, au mieux, de l'Eonia. Si le scénario actuel de Solvency 2 est validé, les assureurs seront tentés d'investir massivement dans des obligations d'État, ce qui générera à terme un rendement faible mais peu coûteux. Et au pire, ils prendront une autre décision, beaucoup moins avantageuse pour le client. Si un assureur refuse d'investir dans des actifs risqués, mais qu'il s'est engagé à verser des rendements attractifs pour ses contrats en euros, le coût du risque pourrait être reporté sur le client final. Ce dernier, en payant plus cher son contrat (droits d'entrée, frais de gestion, de garde supplémentaires, etc.), pourrait à terme payer aussi son rendement? Mais certaines sociétés de gestion réfléchissent déjà à une solution alternative, en proposant des produits délivrant l'Eonia plus 3 % du type alternatif Ucits 3, ce qui permettrait aux assureurs de générer un rendement supplémentaire et compenser la baisse du rendement des fonds en euros. Encore faut-il que les compagnies d'assurances soient prêtes à payer le capital requis pour aller sur ce type de produits. M. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :