La sémillante Danoise Connie Hedegaard aurait pu être la rei...

 |   |  238  mots
La sémillante Danoise Connie Hedegaard aurait pu être la reine des podiums cette semaine au Parlement où se déroulent les auditions des commissaires désignés. En novembre, au moment de former son équipe, le président de la Commission, José Manuel Barroso, avait en effet taillé un portefeuille sur mesure, le changement climatique, à celle qui allait présider la conférence de Copenhague. Mais l'échec de la réunion de décembre a constitué un méchant accroc. « Le passif de Copenhague est à mettre à son débit », résume une source parlementaire.Pour autant, on s'attend à ce que les députés la ménage lors de l'audition de ce matin. « Nous avons entendu beaucoup d'incompétents, au moins, elle, elle connaît ses sujets », indique une source parlementaire. Elle a l'appui de la principale force politique du Parlement, le Parti populaire européen. Et sa crédibilité est intacte, y compris auprès des ONG. « Elle travaille beaucoup. Elle sera un commissaire fort », dit Joris Den Blanken, de Greenpeace Europe. Ses priorités annoncées : poursuite des négociations multilatérales, réforme du marché du carbone et soutien aux technologies vertes, la placent dans la droite ligne de la commission Barroso I. Mais le contexte s'est durci depuis le mois dernier. Pour réussir, la Danoise devra peaufiner ses talents de diplomate.F. A., à BruxellesRebondir après l'échec de copenhagueConnie HedegaardEnvironnement

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :