L'été austral sourit à Richard Gasquet

 |   |  417  mots
Après la tempête? le beau temps. Et les sourires qui vont avec. Celui de Richard Gasquet illumine les courts australiens depuis deux semaines. Blanchi mi-décembre par le Tribunal arbitral du sport, suite aux accusations de dopage dont il a fait l'objet, le Biterrois a retrouvé la lumière après une longue traversée du désert.« J'ai vécu l'enfer pendant huit mois. On ne ressort pas inchangé d'un truc pareil. C'est une renaissance aujourd'hui. Je suis heureux de pouvoir entrer sur le court l'esprit libér頻, savoure l'actuel 53e mondial. La semaine passée, Gasquet a franchi deux tours à Brisbane avant de céder en quart de finale face aux services dévastateurs de l'Américain Andy Roddick, n° 7 mondial et futur vainqueur de l'épreuve. Une rentrée convaincante qu'il est en train de confirmer à Sydney cette semaine. Sans perdre le moindre set, l'ancien leader du tennis français s'est qualifié pour le dernier carré du tournoi. Comme en 2007 et en 2009.Ce vendredi matin, il affrontait son compatriote Julien Benneteau pour une place en finale. « Ce n'est pas encore mon meilleur tennis, mais c'est pas mal sachant que je n'ai pas beaucoup joué l'an dernier, se réjouit l'ancien demi-finaliste de Wimbledon (2007). Je retrouve mes sensations, je sers bien. Mais le plus important, c'est que je suis content d'être ici. » Attendu au tournant depuis ses débuts professionnels, Gasquet, 23 ans, n'a jamais réussi à répondre aux attentes placées en lui. Ses déboires extra-sportifs et sa coupure forcée pourraient finalement l'aider à y parvenir.« il est frais »« Il a mûri à travers cette épreuve, assure notre consultant et ancien joueur Patrice Dominguez. Il a envie de jouer, il est frais. Lorsqu'on a son talent, il suffit d'un petit déclic pour que tout reparte. » Un petit déclic que le protégé d'Arnaud Lagardèrerave;re pourrait avoir trouvé en Océanie. À quatre jours de l'Open d'Australie, la sérénité semble en tout cas être revenue au sein du clan Gasquet.« Il a repris son entraîneur préféré, Éric Deblicker, souligne Dominguez. Il lui apporte beaucoup. À mon avis, on va retrouver Richard en équipe de France au même niveau que le trio de tête [Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils et Gilles Simon, Ndlr] dès le mois de mars. » Ou peut-être même avant, sur les courts de Melbourne ?Alexandre Jaquin Richard Gasquet après sa victoire sur Potito Starace, jeudi à Sydney.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :