La Bourse de Paris consolide ses positions

 |   |  347  mots
La hausse des premiers échanges n'aura pas duré. Après avoir salué le départ de Hosni Moubarak et les chiffres macroéconomiques chinois, l'indice du marché parisien s'est replié ce lundi de 0,11 % à 4.096,62 points.Alors qu'aucune statistique importante en provenance des États-Unis n'était attendue et que la semaine sera riche en publications annuelles, les investisseurs ont donc opté pour la prudence. Le marché a viré après l'annonce de la contraction du PIB du Portugal au quatrième trimestre sous l'effet des mesures d'austérité budgétaire laissant craindre une récession. Les interrogations sur les dettes souveraines sont également revenues sur le devant de la scène avec l'émission lancée par l'Italie et qui s'est traduite par un relèvement des taux longs.Alcatel-Lucent sur sa lancéeSur le front macroéconomique, les investisseurs ont pris connaissance des indicateurs composites avancés pour le mois de décembre 2010, publiés par l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). À en croire ces indicateurs, la reprise devrait se poursuivre dans la plupart des grandes économies développées. En revanche, la Chine devrait connaître un recul de l'activité et l'Inde un ralentissement. Dans ce contexte, les valeurs du secteur bancaire ont été orientées à la baisse. Pourtant, selon Standard and Poor's, si l'exposition des banques françaises à la dette des États européens les plus en difficulté est significative, elle reste gérable. BNP Paribas s'est replié de 1,20 %, Crédit Agricolegricole de 0,78 %, Natixis de 0,30 % et Société Généralecute; Générale de 1,24 %. Le secteur automobile a également fait l'objet de dégagements. Peugeot a lâché 1,48 % et Renault 1,39 %. À l'inverse, après un bond de 34,12 % la semaine dernière Alcatel-Lucent a encore gagné 2,19 %. Le groupe bénéficie toujours de sa publication de jeudi dernier. Hors CAC40, Thales a grimpé de 4,56 % malgré un avertissement sur résultats. « Le fait de publier des données dès aujourd'hui est plutôt salutaire. Cela permet de dégonfler les spéculations », a indiqué Christophe Menard, analyste chez Kepler Securities. J. N. - 0,11 %

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :