Menaces sur la réserve parlementaire

 L’affaire Cahuzac n’en finit pas de secouer la vie politique française. Alors que l’on attend lundi la publication, pour la première fois, du patrimoine des ministres, le gouvernement envisagerait, selon une information du Journal du Dimanche, de supprimer la « réserve parlementaire. »Réformée en 2012Chaque député ou sénateur dispose d’une réserve de 130.000 euros par an qu’il peut distribuer comme bon lui semble à des projets ou des associations de sa circonscription. Il doit publier en fin d’année parlementaire une liste de ces dons. Les chefs de groupe disposent de 260.000 euros et le président des assemblées de 520.000 euros. Cette « réserve » a déjà été réformée l’an passé, mais elle est toujours jugée par beaucoup peu transparente et clientéliste.Opposition parlementaireIl n’est pas certain que cette mesure soit appréciée sur les bancs des deux assemblées où l’on avait dénoncé le « voyeurisme » et le « populisme » du gouvernement qui, à la suite de l’affaire Cahuzac, avait déjà réclamé la publication du patrimoine de l’ensemble des députés et sénateurs. Le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone, s’était lui-même insurgé contre cette demande en dénonçant le voyeurisme. La suppression de la réserve parlementaire ferait économiser 90 millions d’euros par an à l’Assemblée et 60 millions d’euros au Sénat.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.