Bras de fer entre les acteurs de la télévision connectée à Internet

 |  | 594 mots
Lecture 3 min.
Depuis le 11 avril, les téléviseurs Samsung qui se connectent directement à Internet via l'ADSL sont disponibles en France. TF1 dispose d'un accord exclusif de six mois qui lui permet, lorsque l'on regarde son programme sur la TNT, d'accéder par la télécommande à des services proposés sous forme de petites icônes (widgets). Grille de programmes, météo, information, ou bonus et jeux autour du programme Koh Lanta. Ces services étaient en démonstration au Marché des programmes (Mip TV) à Cannes. S'y ajoutera prochainement la vidéo à la demande payante (VOD). Le téléspectateur les consulte, en surimpression du programme de la chaîne qui continue à se dérouler. M6, avec des services plus axés sur la télévision de rattrapage, a le même type d'accord avec Sony, Canal Plus avec TCL, Orange avec LG. A l'issue des périodes d'exclusivité ces services devraient se retrouver partout. Yahoo qui présentait il y a un an à Cannes son offre « Connected TV », revendique l'implantation de ce portail de services édités par lui ou des tiers comme le site d'e-commerce eBay, sur 3 millions de téléviseurs Samsung, Sony, LG ou Visio dans seize pays. Un accord plus global avec Sony est attendu. Mais les pratiques sont différentes aux Etats-Unis. On peut y regarder un cours de bourse sur Yahoo Finances ou consulter ses mails dans un coin de l'écran télé, tandis que la chaîne poursuit dans un cadre réduit. En Europe, le front uni des chaînes de télévision - françaises surtout -, a convaincu les grands constructeurs de TV, de cantonner l'accès aux applications Yahoo, dans un écran d'accueil séparé, dédié aux applications. Ainsi le téléspectateur doit quitter son programme pour utiliser les services de Yahoo Connected TV. Une déception, concède Shirlene Chandapral, directeur du développement de Connected TV.Pour TF1, il n'est pas question de laisser d'autres services que les siens tirer profit de l'audience générée par les programmes de la chaîne. Car Yahoo Connected TV, dès la fin de cette année aux Etats- Unis, va commencer à vendre de la publicité dans les services qu'il édite et à monnayer auprès des éditeurs qu'il héberge leur position dans son portail de widgets. La bataille à venir ne se limite pas à Yahoo. A l'instar des fabricants de téléphones mobiles, qui cherchent à contrôler une plateforme d'applications, certains fabricants de TV comme Philips, n'ont pas encore renoncé à offrir eux mêmes directement les services sur les téléviseurs connectés. défi pour les fournisseursLa TV connectée est aussi un défi pour les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) qui proposent la TV par ADSL. Alors qu'Orange ou Free donnent accès à leurs abonnés TV à des offres de vidéo à la demande et de télévision de rattrapage de certaines chaînes... ces services pourraient devenir accessibles sur la TV connectée, sans passer par eux. Pour l'heure, les boîters TV ADSL gardent des capacités supérieures à un téléviseur connecté et les chaînes cherchent à ménager les FAI. Ainsi TF1 réserve son service de télévision de rattrapage aux abonnés TV de Bouygues Telecom. Mais aux Etats-Unis, une société comme Vudu, créé par le Français Alain Rossmann, a négocié directement avec les constructeurs TV l'implantation de son service de vidéo à la demande sur les téléviseurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :