Rubis mise sur les acquisitions

 |   |  250  mots
De par sa spécificité de société de services, Rubis, le spécialiste de la distribution de gaz et de pétrole liquéfié (GPL) se sent à l'abri des cycles conjoncturels. « 2010 a bien commencé pour nous, en dépit de la forte volatilité enregistrée sur les prix du pétrole », soutient Bruno Krief, le directeur financier du groupe. Et de fait, Rubis a publié un chiffre d'affaires de 348 millions d'euros au premier trimestre 2010, en hausse de 42 % sur celui de 2009. Il faut dire que la société a profité d'un hiver très rigoureux en Europe. Rubis a par ailleurs multiplié les acquisitions ces dernières années, au rythme des plans de cession d'actifs en aval des grands groupes du secteur. Politique qui lui permet de voir l'avenir sereinement. D'autant plus que les récentes opérations n'ont pas été financées par endettement mais en puisant sur les capacités d'investissement issues des performances de l'entreprise. Du coup, ces acquisitions ont représenté les deux tiers de la croissance du groupe l'an passé. Et les dirigeants comptent bien poursuivre sur cette lancée, Rubis disposant à ce jour de 200 à 300 millions d'euros pour saisir de nouvelles opportunités. Pour l'heure, la société achève la construction d'un très gros dépôt à Anvers, d'une capacité de 75.000 m3, celui-ci viendra s'adjoindre à celui déjà existant de Rotterdam, d'une capacité de 110 m3. « De quoi alimenter le rebond que nous attendons dès 2011 », déclare Bruno Krief. P. B.-B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :