Steria se veut plus otpimiste pour 2010

 |   |  248  mots
Le secteur des services informatiques à le vent en poupe. Steria pourrait difficilement le démentir. Il y a un mois, le groupe le confirmait avec une activité trimestreille en hausse de 2,9 %. Le groupe qui tablait au départ sur un chiffre d'affaires stable cette année, mise désormais sur une légère progression. De quoi permettre au titre de résister en Bourse et d'afficher une hausse de 5 % depuis janvier. Pourtant Steria n'ignore pas la crise. Mais « notre groupe présente l'avantage d'avoir une taille flexible qui lui permet de répondre à de gros appels d'offre. Pour réduire nos coûts nous avons mutualisé nos services et pouvons ainsi, à partir d'une même infrastructure adresser plusieurs projets à plusieurs clients en même temps » explique François Enaud, président de Steria. Outre cet atout, 90 % de son activité sont réalisés dans les services - dont l'administration ou le secteur financier - qui peuvent difficilement faire l'économie de dépenses en matière informatique, même en temps de crise. Au-delà, Steria cultive par ailleurs un profil international. Si 70 % de son activité sont réalisés en Europe, le groupe compte désormais une forte implantation en Inde qui concentre désormais 30 % de ses effectifs. Revers de la médaille toutefois, « si la baisse de l'euro par rapport à la livre tend à nous être favorable, a contrario la baisse de la roupie par rapport à la livre nous pénalise », souligne François Enaud. G. V.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :